Forum roleplay regroupant plusieurs univers et genres pour pouvoir profiter des joies de l'écriture.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Le bureau blanc ; Première mission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Delphinia White



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 27 Oct - 15:33

Une voix qui semblait venir de nul part et de partout à la fois, autour et à l’intérieur de nous...Je ne comprenais rien sur le moment, mais quand il se mit à parler, tout devint clair. C’était l’homme derrière le bureau blanc. Nous étions tous là car nous étions tous mort. La vie semblait nous avoir choisi elle-même pour accomplir quelque chose, mais pourquoi nous…? Je ne comprenais pas comment des gens aussi différent sous tous les angles pouvait sérieusement accomplir une telle tâche? non mais sérieux ? J’étais tout autant remplie de colère que de tristesse à l’entendre parler. Je ne voulais pas vraiment que les autres entendent cela et je ne croyais pas non plus que c’était nécessaire de parler du fait que j’aurais été seule toute ma vie, comme si je ne le savais pas déjà...Oh oui, je sais très bien que vous m’entendez, vous là, dans ma tête, monsieur tout en blanc. Je n’ai rien contre vous, bien au contraire. Je vous remercie de me donner une deuxième chance, c’est fort aimable à vous. C’est seulement que je ne comprend pas, c’est tellement brusque, tout ça, pour moi...Je ne suis qu’une jolie petite lapine après tout.

Puis il se mit a parler d’une mission que nous devions accomplir. Il parlait de failles dans le temps qui semblaient perturber les autres mondes… Sérieusement ? Encore une fois, monsieur en blanc, pourquoi nous? Je n’ai rien contre vous, mais je ne comprends toujours pas votre confiance aveugle pour des gens comme nous… pourquoi je me bat contre cet homme derrière son bureau, en fait ...Je soupirai doucement, regardant l’homme droit dans les yeux, puis il me fit ce petit sourire que je n’aimais pas du tout. oh non, pas du tout. Avant même que je ne puisse dire quoi que ce soit, je disparus. Pouf.

***

Je clignai des yeux quelques fois. je ne me trouvais plus dans un bureau blanc, mais sous un arbre qui semblait être à environs quelques heures de marche d’un soi-disant village. Je tournai sur moi-même voyant très bien que j’étais complètement seule, sous un putain d’arbre, dans une place que je ne connaissais pas du tout ! Dans un monde ou la magie n’existe pas ! Comment voulez-vous que j’explique mes foutues oreilles et ma foutu mignonne et douce petite queue ! Un jour vous le payerai, monsieur au bureau blanc ! Je respirai trois fois pour me calmer en essayant de me convaincre que je devais accepter mon sort...Je sortis ensuite deux dés de ma poche et les lançai sur le sol.


‘’ J’aurais du m’y attendre...Mon jet de chance est vraiment merdique...Un putain de huit…’’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Azmia



Messages : 10
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mer 28 Oct - 22:52

Sans vraiment vouloir me répéter, quoi que ça n'a pas beaucoup d'importance que je me répète vu que je suis la seule à entendre mes pensées, enfin, que je croyais être la seule, à tout bien considéré le fait que l'enfoiré derrière le bureau semble pouvoir le faire, et bien je dois avouer qu'avec toutes ces inflexions psychologiques, je me suis un peu perdue dans le fil de mes pensées, alors même que tout ce que je veux dire, au fond, c'est que je hais le monde. Je hais le monde et tout le monde. Je hais les trucs qui peuvent lire mes pensés, j'exècre les soldats, les vikings me révulse, les lapines me repulse, j'ai phobie des lions ailés qui parles et surtout, surtout, j'ai le plus profond des dégoûts haineux, exécrable, révulsif, répulsif et phobique des bureaux blancs. Je n'aime pas grand-chose, mis à part les armes, les morts, le riz, le poulet, les dessins animés et secrètement Adele, même si elle est anglaise, je sais, c'est de l'hérésie et je me déteste d'ailleurs pour ça aussi, mais elle possède une voix... Et puis anglaise c'est toujours moins pire qu'américaine. Oh et puis merde je la déteste aussi!

Est-ce que je vais revenir sur ce que le connard en blanc nous a dit? Non, pas vraiment, j'aime mieux le détester que de me poser des questions. Blablalblalblalbla, c'est tout ce qu'il dit pour moi. Blablabla et le fait qu'il ne me donnera pas un nouveau fusil de précision pour tuer un nécrotrucmachin. Au fond, ce n'ai pas plus mal, l'important dans la vie c'est de tuer et je trouverais bien un moyen de le faire. Prenons la lapine par exemple, un rocher sur le crane et on en reparle plus! Le soldat, bah... Je ne pense pas qu'il soit immunisé au couteau dans le foie. Je suppose que je peux envoyer Musclor au suicide dans un ravin en lui disant qu'Odin l'attend en bas. Le lion... Le lion c'est un problème. J'ai le temps d'y penser pour le lion. L'important c'est d'isoler soit la lapine ou le soldat pour les éliminer au plus vite et foutre le camp. Bureau blanc mon cul oui! Personne me forcera à faire quoi que ce soit! Je bute quelqu'un, je me sauve et je retrouve ce con d'Akim pour lui faire un deuxième trou de balle.

J'entends des bruits avant de commencer à voir, une étrange sensation traverse mon corps, j'ouvre les yeux, secouée par la nausée. Devant moi, une lapine.

Je peux la tuer, je peux la tuer et me sauver. Ses oreilles ont l'air vrai... Un coup de couteau dans le dos et pouf! Ooooh! Serait-ce une petite queue de lapin? Un coup direct entre les deux omoplates et BAM! Qu'est-ce qu'elle à l'air dooouuuce cette queue! Rien qu'un petit coup!

M'approcher en silence et sortir ma lame, j'ai tué pour moins. Je lève ma lame, mon ombre se dessine sur le sol. J'ai tué pour moins. C'est ma vie, je ne laisserai pas un débile me dire quoi faire. C'est ma vie à moi. Je vais vomir sur son plan, je vais tuer tout le monde et me casser pour de bon.

C'est ma vie.

J'aime bien sa jupe.

Elle joue aux dés.

-Khra! Foutue merde.

C'est définitif, cet endroit me rend folle. Je soupire et fléchis les genoux à côté de la lapine. Je connais le regard qu'elle aborde. J'ai tué pour moins c'est vrai, mais j'ai jouer ma vie sur des coups de dés beaucoup trop souvent.

-Un huit heih. De la merde si tu veux mon avis.

Je fouille ma poche arrière droite pour trouver, entre deux cartouches 7.62 x 55 mm R, un dé. Je le tourne et le retourne entre le pouce et l'index, il sent le bois et la poudre à canon.

J'ai tué pour moins... J'ai tué pour moins... Le dé tombe de ma main, tourne une seconde et s'arrête. 19.

-Bon. Voilà.

Je suppose que je vais rester un peu. Je l'avais dit pas vrai? je l'avais dit! Il n'y a rien de pire que les bureaux blancs! Rien de pire!


Dernière édition par Sanaa Azmia le Jeu 5 Nov - 1:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sol Invictus



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Jeu 29 Oct - 0:02

mais qui était donc ce Gandalf dont cet humain en vert parlait? y avait-il de la magie dans son monde, ou non? Il n’avait pas l’air de connaître quoi que ce soit de la magie, et pourtant, il venait de parler d’un roi de lumière. Peut-être que ce n’était pas un être contrôlant la lumière? Peut-être était-ce uniquement un surnom? Je devrai lui demander des informations. Ce Gandalf semblait être un être à part. Enfin, l’heure n’était pas à cette discussion.

Cet Aidan semblait terriblement imbu de lui-même. Ou alors il n’acceptait pas que Sveinn soit originaire d’un autre monde où les dieux qu’il invoquait était réels. Il parlait comme les hommes avant qu’ils ne me prennent pour dieu, n’ayant la foi en rien ni personne. Avait-il vraiment confiance en lui? Peut-être qu’au fond, il ne croyait même pas en lui-même? Je ne pouvais être sûr sans lui demander. Alors que je voulais m’adresser à lui, je fus interrompu par une voix dans ma tête. dans nos tête, plus précisément.

cette voix avait peut-être raison. J’avais accepté de devenir un dieu non pas pour moi, mais pour venir en aide aux autres, et bien que ce motif fut noble, je me suis oublié. Je n’ai jamais prit pour moi ces temples qu’on a construit, ni ces grand palais luxueux qui m’ont été donné. Ils ont servi à renforcer les espoirs du peuple que je dirigeais. J’ai réussi le but que je m’étais fixé, mais ma vie fut un échec. Ma mort en fut un encore plus poignant. D’ailleurs, je me demande ce que mon peuple a fait, suite à ma mort…

Et à écouter l’homme derrière le bureau, je compris que ma venue ici n’était pas vaine. Comme mes compagnons, d’ailleurs. Nous étions tous ici parce qu’il nous avait fait venir ici. À nouveau, je devais combattre. À nouveau, je ferai ce que je fais le mieux. Je n’ai pas le temps de parler, de ne rien dire, et me voilà enveloppé de blanc à nouveau. J’ai l’impression de soudainement cesser d’exister, et de disparaître.

***

Ce n’est qu’une question de temps avant de me retrouver au pied d’un arbre, avec devant moi, les deux femmes qui… jouent aux dés. Fort bien! Autant s’amuser un peu avant de partir au combat! Je marchai donc de mon pas feutré vers elles. doucement, je prit place sur le sol, posant mes pattes avant le plus loin que je pouvais avant de décrire un arc avec mon dos. Qu’il était bon de s’étirer… Je baillai doucement, et me replaçai, en m’asseyant sur le sol.

“Ainsi soit-il,” dis-je alors d’un ton définitif. “Êtes vous prêtes à combattre, mesdames? Je dois avouer être curieux de vous voir à l’oeuvre, surtout vous, Delphinia. Je sens une forte puissance magique émaner de votre être.”

Je regarde vers l’horizon, et remarque le village. On aurait dit des maisons de mon monde. Mais l’homme du bureau avait été clair ; il n’y avait pas de magie ici. Je plaçai une patte sur mon menton d’un air pensif.

“Hmmm… Si la magie n’existe pas dans ce monde, je doute que je sois en mesure de passer inaperçu. Y comprit vous, Delphinia." Je tournai la tête vers l'autre dame. "Et pour ce qui est de votre accoutrement, vous pouvez être sûre de vous faire remarquer, et hum… mais où sont le soldat et le barbare, dîtes-moi?”

dis-je en me retournant vers l’arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveinn Ketilsson



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Jeu 29 Oct - 1:37

Les propos vantard de l'homme frêle s'étaient perdus dans les méandres d'une voix puissante et insidieuse, qui parlait dans la tête de l'imposant viking. Soudainement, les jérémiades du soldat, devenaient aussi inutiles et futiles, que la plume dans la main du lancier. Et puis, que cela pouvait-il être qu'une vidéo? Nul doute que le soldat de pacotille semblait tenir à cette preuve pourtant, cet élément là aussi était passer au-dessus de la tête du guerrier Berserk.  Le viking croyait entendre directement la voix des dieux dans sa tête, et s'émerveillait de leur puissance absolue. Spontanément, son regard était aller vers le bureau blanc. Ce bureau si immaculé, que les yeux ne pouvaient qu'en souffrir.

L'homme assis derrière le bureau semblait n'avoir cure de rien, mais c'était comme si ses yeux tout comme cette voix, pénétrait Sveinn. Il sentait son âme fouiller et presque fouler aux pieds. La voix parlait avec la résonance effrayante et terrible d'une destiné encore inconnue de Ketilsson. Ce dernier, ne put réprimer un frisson d'excitation quand la voix précisa qu'elle l'avait choisi lui et les autres. Retrouvait-il enfin l'opportunité de lavé son honneur et de regagner sa gloire perdue? Sveinn l'espérait de tout cœur et alors que croissait les secondes, il sut. Dans un éclair, il compris qu'il avait failli et pêché par excès de confiance. Il sut que sa mort était mérité et que d'elle, il devrait tirer le meilleur parti.

L'homme au bureau conclu à voix haute:

- Vous êtes tous morts.

Sveinn le savait, ce n'était pas une surprise. Maintenant il attendait la suite, la voix dans sa tête, la voix des Dieux l'avait prédit. Le regard concentré, il fixait l'homme au bureau, comme le chien guette le signal du chasseur.

Son interlocuteur poursuivis:

- Bienvenue dans le bureau blanc. Normalement je devrais vous expliquez certaines choses et écoutez vos questions, mais je n'en est pas envie pour le moment, ce sera donc pour plus tard, si vous survivez évidemment! Sans aucune mise en contexte approfondi, vous cinq allez combattre un nécromancien qui tente de changer l'histoire d'un monde parallèle précis dans lequel la magie n'existe pas pour les habitants. Combattre les Anachronismes est votre nouvelle raison d'exister! C'était ça ou la mort définitive et puisque vous avez tous des raisons de rester en vie, c'était pour le mieux. Voyez ça comme une deuxième chance pour compenser vos morts pathétiques. Bref, j'attends une nouvelle équipe et un massage de pieds. Bonne chance et au revoir ou adieux, tout dépendamment de vos performances, ont ne sait jamais, surtout sans explication et sans que j'ai abordé les récompenses fabuleuse et motivante, une deuxième mort peut vite arrivé!

Sveinn ne compris rien sur les anachronismes, mais il comprit l'essentiel. Combattre, tuer, rétablir l'ordre, regagner son honneur et peut-être enfin rejoindre le Walhalla! Les récompenses? Il n'en avait cure! Regagner sa gloire perdue, voilà ce qui lui permettrait d'avancer songeait-il. Odin et les autres Ases avaient répondues à ses appels de grâce, il pourrait enfin prouver sa juste valeur et devenir un guerrier méritant. Il ne finirait pas vermoulu et oublié, dans un lit sentant la pisse.

Il se forgerait de nouveau dans le creuset des épreuves! Sur ce point lui et la voix Divine se comprenait à merveille. Elle poursuivais, je vous aient choisis, je vous connais. Alors Sveinn se disait en lui-même, elle m'a choisie et je l'honorerai!

Une lumière blanche aveuglante, un sifflement de serpent aigu dans les oreilles et une sensation de tourbillon violente fut tout ce qui accompagna le Viking entre cet espace entre le temps et sa destination.

-----------------

Le choc fut brutal. Le colosse avait la sensation de s'être fait piétiner de nouveau par une armée. Malgré la douleur il s'était relevé sans un mot, scrutant aussitôt les environs. Une forêt, quoi de plus banal? Mais, où était donc son marteau de guerre? Il regardait le sol avec attention cherchant des yeux son seul vestige mortel. Il se souvint avec embarras, qu'il était dans sa main. Il s'approcha lentement des autres qui semblaient attroupés autour d'un petit objet, que la masse des corps de ses compagnons cachait à sa vue.

S'accroupissant auprès d'eux, il réalisa rapidement qu'il ne connaissais pas cet objet. Curieux il entreprit de prendre connaissance de ce qui se passait. Après tout, ce moment semblait mal choisi pour faire quoi que ce soit d'autre que remplir la mission qui leur incombait. Sveinn sentait qu'il devrait faire preuve d'un esprit de compromis s'il voulait s'en sortir cette fois.

- Qu'est-ce donc que ceci mes braves compagnons? Serait-ce un artefact de la déesse Sif qui dans sa grande bonté nous indiqueras par ses prophéties où nos pas devrons nous mener pour anéantir nos ennemis?

Le berserker, était presque certain que la chose ailé leur permettrait de communier avec les dieux à travers cet artefact, qui sans nul doute ne pourrait qu'être magique. Après tout, c'étaient la mission des Ases qui les avaient tous guidés ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Stuart



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Jeu 29 Oct - 22:59

Suite à ma petite monté de lait envers le viking, une voix, cette voix pris possession de mon esprit. Cette confiance à la chance est elle vraiment vrai? Je ne sais pas, niveau survie je dois avouer que parfois je me suis un peu trop soutenue sur cette confiance, mais pour le roulement vie, c'est une autre histoire. Chanceux dans ma malchance nous allons dire. Un sauveur? Je suis un soldat bordel, je suis formé pour être comme je suis, bref. Ces propos me reste en tête, cette personne ne semble pas stupide, donc méditation est demandé.

- Non, pas pour vrai?

Dis-je un peu impatient alors que celui-ci, derrière son bureau, venait de nous dire mort. La réponse suivante qui n'était composé que d'un seul mot me fis hausser un sourcil, merveilleux? Un autre déjanté mental? Je trouvais aussi qu'il en manquait. Nous n'avions même pas réussis redire un mot qu'il nous parlait de ses plans, de toute la situation actuel et en quoi nous étions destiné pour les prochaines heures, ou mois, ou années... ou millénaires?

Je viens alors dégainer mon arme, réflexe que tout les soldats ont quand ils se préparent à l'assaut. Mes compatriote présent ne sont pas fiable, surtout cette arabe, j'ai le présentement qu'elle peut nous jouer un mauvais tour, vue ses sauts d'humeur, quoi que le lion... c'est carnivore c'est bibites là non? Dans tous les cas, je resterai prudent.

---

La téléportation ou le voyage dans le temps, bref je ne sais pas comment appeler cela, me donne alors drôlement mal au cœur, a peine atterrie dans l'herbe que je viens vomir sur celle-ci. Des sons de gorges dégueulasse résonnent et mes crachas se rajoutent ensuite.

- Bordel, bordel et bordel...

Je relève ma tête pour regarder autour de moi, personne, je suis seul, où sont-ils tous? Peut-être que comme des parachutistes, nous devons nous retrouver après l'atterrissage pour commencer l'opération? Je marche tranquillement dans la haute herbe qui m'arrive proche des hanches, le son est absent et seul les feuilles sont en mouvement.

- Vous êtes où bordel?!

Dis-je avec élégance pour repérer les autres spécimens morts comme moi. Seul des oiseaux répondirent en s'envolant, comme pour fuir un cataclysme. Je viens alors remettre mon pistolet sur ma ceinture pour ensuite agripper mon M4. Ma tête était dans un état plutôt... étrange, le seul mot qui me venait était ''fuck'' ou ''Fuck'' ou ''JE SUIS DANS LA MERDE''. Un craquement résonne alors à ma gauche je me retourne et, avec calme, voie une bête. Un loup, plutôt... gros, non je déconne... ÉNORME! Avec calme et sagesse je viens donc le calmer en le... en lui visant mon chargeur en pleine tête. La bête creva sous la première balle, mais le stresse me fit tenir la gâchette. Une fois terminé, je m'approche de la bête... entre 3 et 4 mètres de long? Bordel, Il n'y a peut-être pas de magie ici, mais ce qui est certain, c'est que c'est un monde à la Jurassique.

Un grognement vient alors rejoindre mon oreille, un autre? Non, pas un autre, des autres! Des loups, ca se tient en meute!

- Bordel de merde!

Je ne crois pas avoir déjà couru aussi rapidement auparavant, les branches me fouettent le visage mais je m'en fiche, je cours un point c'est tout.

- SUPPORT!

Dis-je entre deux souffles. Je sentais une vibration, oui, je sens les bêtes courir derrière moi. Un buisson se trouve devant moi, je peux sauter par dessus je crois, j'en suis certain, je dois le faire! Je me prend une élan dans ma course et viens alors sauter tel un athlète par dessus les feuilles. À ma grande surprise, une fois l'autre coté, je vois un magnifique paysage, le ciel, des arbres et... une énorme pente? Mes pieds prirent du temps avant de toucher le sol et l'atterrissage fut très, très et très douloureux. Débouler sur des roches et frapper des arbres en vitesse est plutôt surprenant, à chaque douleur tu crois mourir, mais non.

C'est après quelque secondes de réadaptation que je réouvre les yeux, immobile au sol, non pardons, dans un arbre. Je regarde autour de moi, et une fois mon regard poser au sol, deux oreilles de lapin vinrent sauter a mon regard, et bien... ils sont là, en train de jouer au dé? Mais bordel de merde. Le mot chance venait à mes oreilles et je me mis à rire, pour attirer l'attention à moi, ils n'avaient surement pas encore remarqué que j'étais là.

- Je crois que je vais me passer du dé de chance pour aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphinia White



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Ven 30 Oct - 14:20

Je vis un nouveau dé se rajouter au mien. Un dix-neuf...Sérieux ? Les joues gonflées de rage, je me retournai pour voir qui avait réussi cet exploit. Je laissai rapidement l’air s’échapper de mes joues quand j'aperçus la petite derrière moi. Je ne voulais pas gâcher son moment de bonheur , qui sais si ça ne serait pas son dernier. Elle avait tellement vécus de chose horrible dans sa vie. Je sentais mon regard grandir et reluire de larme devant ce moment de tendresse. Malheureusement le moment de joie fut de courte durée, car notre ami ailé venait d’arriver. Il ne semblait pas perturbé le moins du monde par son arrivée dans ce monde sans magie, puis il se mit à se questionner sur ma magie. Il faisait bien, j’étais une créature terriblement puissante et dangereuse. Je me relevai sur mes pieds. Moi qui était penchée au dessus des dés, je me mit à donner des coups dans le vide avec mes poings et d’avancer de quelques pas à chaque coups donnés.

'' Effectivement, je suis très très très puissante ! Ma magie en fera trembler plus d’un ! Hahaha ! ''

Je me mis à rire telle une sorcière folle qui ne saurait se contrôler sur la puissance de sa magie. Puis, le lion se mit à parler du monde dans lequel nous étions maintenant. Il n’avait pas tord, sur le fait que lui et moi serions, comment dire, un peu voyant, mais cela n’était pas grave! Je pouvais toujours lui parler de mes sorts non permanent de transformation et le changer en homme viril digne de sa carrure de lion! Je m’arrêtai doucement pour l’observer. Hm, effectivement, il serait très séduisant en tant qu’homme. Puis arrivant comme par magie au dessus de Sanaa, observant nos petits dés sur le sol comme de vrai trésor, le très intelligent sauvage. J’étais heureuse de le voir. Il était gentil et musclé, deux qualités que j’aimais bien chez les hommes, mais quel dommage qu’il n’était pas comme Edward, ou encore Jacob. Un jour ! Oui un jour j’aurai mon cher petit ami vampire ! Je me mis à rire à voix haute, mes deux mains sur mes hanches, tel un méchant ayant trouvé son plan machiavélique, je n’avais pas encore remarqué que cela avait sorti en dehors de ma tête.

Puis un bruit coupa sec mon élan de plaisir. Un homme venait se s’écraser dans l’arbre juste en haut de nous. Serait-ce mon amour de vampire ? En regardant mieux, ce n’était que le dernier de nos compagnons, zut. Puis il éleva la voix, comme s’il voulait se faire remarquer. Ah, les elfes voulant toujours avoir de l’attention.

'' De toute manière, vous les elfes, vous êtes toujours chanceux ! Alors pas besoin de dé pour le montrer ! ''

Mes oreilles se mire à bouger vers une direction précise, cette forêt au loin. Un bruit semblait vouloir à tout prix venir nous rejoindre, mais étrangement, mon instinct animal me disait de fuir. Mon côté lapin avait du bon si vous voulez savoir. Je me retournai à l’opposé de tous et me mis à courir à toute vitesse.

'' Les elfes et leur chance hein ?!? ''

Je courrai pour aller rejoindre cette petite colline au loin pour avoir une meilleure vue sur la chose qui venait vers nous. J’avais bien avertie les autres sur ma raison de courir non ? Oui oui ! Je l’avais bien fait ! Ah, comme j’étais un compagnon idéal pour les aventures, toujours là pour avertir les gens du danger et tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Azmia



Messages : 10
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Ven 30 Oct - 23:02

Si je dois avouer que le lion m'avait foutu une peur tout à fait, oui, tout à fait, rationnelle, un peu plus tôt, maintenant j'ai surtout la certitude qu'il va me tomber sur les nerfs. Non, mais quel enfoiré de connard de fils de chie... de lionne! Quelle foutue gueule de prétentieux! Regardez-moi! Je suis un chat! Gratte-moi le ventre humaine! Ouais c'est ça, va chier! Je vais te gratter le ventre et tu vas en profiter pour sortir, sans le faire exprès heih, ton mini toi! Sauf qu'un mini toi ça tire jamais à blanc! Oui et bien sa ne marchera pas avec moi! Non, du tout! Je déteste les chats et je déteste les gros chats encore plus! Je déteste tout ce qui a des ailes et qui parle! Un perroquet, Sol, c'est la même chose. Mort au perroquet! Mort à Sol!

Sol... Même son nom est prétentieux! Bon d'accord le mien signifie splendeur, intelligence et digne de paroles, faut dire que dans mon cas c'est surtout des qualités véridiques! Et je tue quiconque dit le contraire, mais Sol... Soleil invaincu? Pff! Aucune preuve qu'il fait de la lumière!

-Blablabla! Je suis Sol! Sol l'invaincu! Dieu? Un synonyme! Sooooooool! Fait attention Sanaa! Fait attention à tes vêtements Sanaa, tu pourrais être vu Sanaa, oh attend Sanaa, je crois que tes vêtements vont être visible! PUTAIN t'es un lion ailé qui parle! TU PARLES! Tu penses que c'est moi qu'ils vont regarder les gens? Tu penses vraiment une seconde que les gens vont regarder la seule personne avec le faible à avoir l'air un minimum, oui un minimum, normal!? T'es un fou! Tout le monde va regarder Sol le lumineux! Sol le soleil! Va te faire foutre! Mes vêtements? Va te faire foutre! Arg! ET NON! Non! Je ne te gratterais pas le ventre espèce de gros dégueulasse! Tu me rends déjà folle!

Je m'arrache les cheveux sur la tête l'air hystérique. Ce lion... Ce lion! Urg! Pour ce qui est de l'autre barbare, je préfère l'ignorer. Sa question me donne envie de tuer. Je suis entourée d'idiot. J'aurais simplement dû poignarder la lapine et continuer mon chem...

Je n'en peux plus. J'ai essayé, vraiment. Je jure que j'ai essayé.

-TA GUEULE! C'est un dé! UN DÉ! T'entends? Un dé! Ça à des faces avec des numéros et c'est un dé! Oui, un dé! Un dé avec des faces et sa tourne et c'est un dé! Tu vois? C'est une fooooorme géééoooomméééétriquee! Géométrique! C'est une forme géométrique en trois dimensions, avec des numéros et c'est un dé! Un...

Le soldat s'écrase dans un arbre en riant.

-... Putain...

Je me casse. C'est définitif, je me casse. Je me casse et c'est tout. De toute manière ils sont tous fous et vont probablement crevé ici, la, planté juste la, sans bougé, comme les cons qu'ils sont, immobi... Pourquoi elle court celle-là?

-Eh... Les elfes? Mais de...

Tient c'est quoi ce grognement? Je devrais peut-être aller v.... Non. Non. Non. Oh non! Ooooh non!

-REVIENT ICI SALE LAPINE! Je vais te faire la peau! Même que je vais faire un chapeau avec ta peau! Putain de lâche! J'en reviens pas! Elle se sauve comme ça! Elle se sauve et nous laisse avec des monstres! Comme ça! Sans raison, elle se sauve! Traite!

Ah ah ah. C'est moi qui dis ça.

-Courrez! Bordel courrez!

Ramasse ton dé Sanaa, prend la lame de ton couteau entre tes dents pour libérer tes mains et cours, cours Sanaa.

Là sur ta droite, des yeux jaunes luisants. Des yeux énormes. Tu n'as que des cartouches, aucune arme autre que ton couteau.

Les yeux sortent du bois.


Tu n'as pas le temps, il bondit sur toi. Tu as un couteau Sanaa. Un couteau.

-Co..n..a

Tu ne t'entends pas parler, ton sang bas à tes tempes. La chose saute, par magie ton couteau est à nouveau dans ta main gauche, son pommeau touche ton coeur. Tu perds pied dans la pente, tu glisses et tombes sur le dos. Tu voles Sanaa. Vos yeux se croisent. Tu te détaches de toi-même. Ta main n'est plus à toi Sanaa. Tu n'es plus Sanaa, tu es une lame. Tu te détends, ta respiration se calme, tu ne tombes plus, tu fends l'air, tu n'es plus Sanaa, tu es un couteau.

Le coup est précis et rapide, rien ne t'arrête. Ton dos touche le sol, tu t'agrippes à quelque chose, le poids de la bête passe par-dessus toi, tu lâches ton couteau, tu es Sanaa et tu respires pour la première fois depuis des millénaires.


-AAAAAH!

Bordel de merde mon dos!

-Arg...

Bon, j'ai mal, mais ce n'ai pas un drame, pas encore en tout cas. Je dois récupérer mon couteau et rejoindre la foutue traitre.

Je me relève et m'approche de la chose. C'est laid. C'est gros. C'est laid et c'est gros et c'est mort. Je suis plutôt douée, un direct dans l'oeil. Bah! Putain c'est coincé... Puah! Ça pue cette merde! Je déteste cet endroit, je déteste cet endroit!

La lame se décoince d'un coup sec.

-Je vais t'attraper lapine... Tu vas voir, ce n'est pas des grands méchants loups que tu devrais avoir peur... Tu vas voir.

En attendant, j'ai une colline à gravir en espérant que Musclor, l'elfe et le lion crèvent en m'achetant assez de temps pour ne pas me faire manger par-derrière!


Dernière édition par Sanaa Azmia le Jeu 5 Nov - 1:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sol Invictus



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Sam 31 Oct - 16:24

J’ai vu mes compagnons arriver autour de moi, mais je n’ai pu répondre à personne. Ma chère amie qui, selon ses dires, semblait s’appeler Sanaa, se mit à vociférer à nouveau. Bien que ses paroles semblèrent faire du sens, au moins pour elle, pour moi, elle récitait une verbigération infini. Me gratter le ventre? Je ne me rappelles pas lui avoir demander ça, si? l’ai-je demander sans m’en rendre compte? Enfin, c’est vrai qu’elle me rappelait ma femme, quand j’étais en vie, mais… tout de même, je savais me tenir! Et puis de toute façon, l’heure n’était pas du tout au grattage de ventre, voyons! Mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien voir en moi de si terrifiant, ou plutôt, de si détestable?

Enfin! Là n’était pas le problème. Le problème, c’est qu’alors même qu’elle injuriait un autre de mes comparses, la lapine en avait profité pour fuir. Je la regardai partir, alors que le soldat tombe dans l’arbre au dessus de nous. Que se passait-il ici, enfin?

Je me suis alors retourné en entendant des grognements. Un loup gigantesque sorti des bois et se jeta sur Sanaa. Malheureusement, je n’eus pas le temps de faire quoi que ce soit, qu’elle disparaissait en… donnant des coups de couteau dans le loup, fort bien! Elle survivra.

Mais malheureusement, elle ne fut pas la seule à se faire attaquer par des loups. Moi et Sveinn étions maintenant les prochaines cibles. Je me positionnai pour combattre, avant de rugir puissamment, mon rugissement pouvant se faire entendre à des kilomètres à la ronde.

“Tenez vos positions, messieurs! Ce n’est pas aujourd’hui que nous mourrons!”
Dis-je alors, mes ailes se relevant au dessus de mon corps.

Mes ailes s’illuminèrent d’un blanc incandescent, brillant tel les flammes du soleil. Un loup me chargea rapidement, ne prenant pas conscience du danger que représentait ce phénomène pour sa survie. Je replaçai mes ailes autour de moi, les plaçant à la verticales telles deux lames de feu. D’un mouvement vif, Je me retournai, et abattu mon aile sur le loup, lui tranchant net le corps, qui passa par dessus le mien. Il ne me fallu pas plus de temps pour me jeter sur un autre ennemi, avec mes griffes bien en position, cette fois.

Le loup chercha à me mordre, mais en fut incapable. Je lui assenai un puissant coup de patte sur la gueule, la lui brisant, tout en lui arrachant la peau de mes griffes. Lorsqu’il fut au sol et agonisant, gisant dans son sang mais toujours en vie, je lui brisai le crâne de ma patte arrière, n’étant pas désireux de faire souffrir un pauvre animal… un pauvre animal géant, mais tout de même.

Je jetai un regard vers mes compagnons, avant de me faire attaquer à nouveau. Celui ci me plaqua pour me jeter au sol, et réussit. Je n’étais malheureusement pas sur mes gardes. Je roulai cependant sur le sol, pour me retrouver au dessus du loup, et sans plus attendre, j’enfonçai mes crocs dans sa gorge. Je l’entendis gémir, puis je sentis sa vie le quitter peu à peu. Je l’étouffai peu à peu, puis me redressai. Il restait d’autre loups. Je n’avais pu prêter attention à leur mouvements alors que je tuais le dernier qui m’avait attaqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveinn Ketilsson



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Lun 2 Nov - 0:41

La bête était venue. Elle était repartie. L’homme chancelait encore debout et pourtant absent. Partout, des relents d’hémoglobine. Le viking poisseux et en nage, perdu. Les mains tenant encore serrer contre un torse un inerte canidé surdimensionné.  Le souffle court, ses yeux effectuant de nerveux aller et retour entre une colline et la petite clairière, où immobile des corps difforme jonche le sol. Un instant de faiblesse qui frappe et les mains qui relâche un corps. Un bruit sourd qui retentit, le corps qui s'écrase mou sur le sol. Des genoux qui fléchissent et une main qui reprend le lourd marteau de guerre enfoncer dans le thorax d’un énorme loup.

Les corps, inertes positionné en cercle concentrique près du guerrier. Le sang, rubis sur la caillasse, déjà entouré de mouches témoigne de la violence de la bataille. Sept tombes à ciel, sept ennemis défaits. Aucune satisfaction, le viking est juste là, c’est tout. Ses épaules se relâchent, son marteau inerte près d’une cuisse musculeuse sur laquelle la sueur perle doucement. Les vertiges prennent le dessus, il s'assoit dos contre un chêne. Puis, il ferme les yeux. Son esprit cherche, cherche loin et avec difficulté. Les brumes dans son esprit se lèvent, doucement. Comme le soleil qui timidement à l’aube point à l’horizon, ses souvenirs rejaillissent dans sa tête tyrannisé par une sourde douleur.L'homme se sent alourdi par une fatigue, comme usé par les ans. Il songe  avec détachement, qu'Odin l'aideras à se souvenir.


--------------------------------------------

La femme au langage sournois ne cessait de rabâcher les oreilles du viking avec ses histoires de dé. Elle avait invectiver la bête divine avant de se consacrer entièrement à lui faire son éducation sur un ton injurieux. Sveinn n’avait pas tout saisi, mais ce dernier avait compris qu’il s’était probablement mépris sur les petits objets sur le sol et surtout mépris sur leur fonction. D’ailleurs le guerrier s’apprêtait à lui présenter des excuses pour sa méprise lorsqu’avec fracas, l’elfe vert s’était écrasé dans l’arbre derrière lui. Hilare, le faible humanoïde parlait avec une certaine aigreur de sa chance perdue.

Ketilsson, n’avait pas put se retenir d’une remarque au sujet de son compagnon:

-Dit moi ami, te prendrais-tu pour un oiseau? Car si c’est bien le cas, alors tu en serait un en effet, mais seulement celui de ton propre malheur!

Le beserker, sur ces mots avait ramener son attention sur Sol, Sanaa et la lapine. Lapine qui était partie cavaler au loin. Interloqué, le glorieux scandinave s’apprêtait à demander le pourquoi de cette cavalcade lorsqu’un grondement avait coupé court à son intention. Puis tout aussi subitement, la femelle vulgaire hurlait sur la lapine déjà loin. Le sens des paroles sans équivoque, était des imprécations sur la lâcheté avéré de la petite magicienne. Puis, la femme hargneuse avait crier de courir et plutôt deux fois qu’une!

La suite s’était dérouler très vite, une énorme ombre avait surgit faisant ainsi chutez hors de la vue du viking, tout au bas d’une pente raide, la femelle qui poignardait rageusement la créature qui l'assaillait. Sur ces entrefaites, n’était restez que Sol et le viking pour affronter la meute alors qu’inutile, l’elfe folâtrait dans les ramures d’un chêne.  La vitesse de réaction du lion ailé s’était avéré stupéfiante et c’est en fin connaisseur que Sveinn avait observé son comparse mener le premier assaut, une fois dissipé la surprise de l’attaque. Son cri de guerre avait galvanisé le viking jusqu’au fond de son être. Le poussant à se mettre en position et c’était après avoir vu la chute de trois monstres que le berserker avait jailli en lui. Sveinn s’était entaillé superficiellement le torse sur le pommeau de son marteau, avec une pointe métallique patiné par les batailles de jadis.

La douleur ainsi que son propre sang versé avait déclenché une ire profonde que seul les Ases pouvaient en connaître la réelle puissance. Comme galvanisé par l’odeur du sang, il s’était élancé dans la bataille en courant comme un forcené. De ses mains avait jailli le marteau, propulsé semblait-il, par une vie propre. Il avait terminé sa course dans le crâne du loup géant le plus proche, la mort le fauchant sans aucune délicatesse, comme fétu de paille souffler par le vent. De Sveinn, avait semblez se dégagé une aura de force qui rappelait le grizzli, une aura qu’on aurait dit vivante et animé de ses intentions propres!

Sans ralentir, le guerrier avait bondit comme un animal sauvage sur le loup suivant qui devait avoir eu la même idée que l’impétueux beserker. Mal lui en pris. Sveinn l’avait percuter de plein fouet à mi-course dans les airs et était retomber avec son fardeau sur le sol. Le cou de la créature avait craqué, car c’est sa tête qui avait touché en premier le sol rocailleux et inégal. Certes, les griffes tranchantes de la créature poilues avaient ouvert labourer le torse du viking, toutefois cela l’avait enragé encore plus.

Aussi, la troisième bête qui avait croisé son chemin, avait-elle appris que les poings du guerrier étaient comme des enclumes. Ses reins avaient été fracassés par les deux mains jointes du colosse. Qui avait entreprit avec application de lui casser la tête avec ces même mains. La première avait tenu la mâchoire inférieure tandis que la seconde retenait la mâchoire supérieure. Le craquement écoeurant des os broyer et la giclée de sang chaud dans le visage du barbare avait tenu lieu de signal de danger, pour les autres bêtes.

Les quatre loups restants, l’avaient ainsi encerclé pour mieux le harceler. L’un d’eux, plus gros que ses congénères avait semblez toisé le barbare avec méfiance et intelligence. Le barbare n’en était plus un, la bête sentait qu’elle avait vu le chef. La bête lui montrerais qui était le chef, le dominant. L’instant avait sembler figé dans le temps. Puis, comme mu par une force invisible, les loups s’étaient élancé tous en même temps, dans un bel ensemble coordonnées pour enterrer de leur corps la bête vulnérable. Pendant une seconde, l’issue de la bataille avait sembler érigé en vainqueur la meute. Puis, un hurlement bestial avait retentit. Un son à glacé le sang!

Un quatrième loup avait sentit sa vie le quitter, alors qu’un bras s’était enroulé autour de son cou, broyant les vertèbres avec un son lugubre. Le bras lacéré, avait agrippé le loup suivant et lui avait briser une patte d’un coup puissant porté de la paume sur son articulation. Titubant, le loup avait rompu le combat et s’était éloigné la patte replié sur son poitrail. La bête en s’étant remise sur ses pieds, avait arraché un loup qui avec sa mâchoire se cramponnait à son épaule gauche. Ce dernier, fut traversé d’un spasme d’agonie lorsque l’homme fait bête lui avait fracassé le crâne d’un coup de poing. Puis, la bête toujours rugissante avait pris le corps inerte par la queue, dans l’intention de s’en servir comme d’une massue, sur le dernier loup qui tentait de lui mordre les mollets.

D’abord, ce loup avait reçu un coup de pied violent au museau, ce qui l’avait fait clapir de rage et de douleur, tout en le sonnant brièvement. Ce qui avait permis à la chose hurlante, de soulever de sa puissante musculature le cadavre de l’autre loup mort et d’en abattre le poids sur son échine tremblante. Écrasé sous trois cents kilos de chair morte, ce loup avait probablement agonisé pendant de longues minutes alors que ses poumons perforer achevait de l’entraîner dans les limbes.

Les loups avaient bien mener l’offensive et le corps de Sveinn la bête, était couvert de petites plaies sanguinolentes bénignes. Toutefois, il y avait encore un adversaire qui le toisait avec hargne, c’était le mâle alpha. Sveinn la bête s’était alors frapper le torse des deux mains, invitant la dernière créature à l’attaquer. Le sang du beserker, coulait de deux plaies plus sérieuses, une à l’épaule et la seconde sur son ventre. Ce dernier, avait le souffle court et quelques tremblements.

Le loup avait interpréter ces signes comme de la faiblesse et avait sauter à la gorge du bestial guerrier. Celui-ci avait encerclé la créature de ses deux bras comme on serre un tonneau. L’étreinte avait laisser les mâchoires claquantes du canidé si proche de sa gorge que la bête avait senti pendant un bref instants, les crocs effleurer sa chair tendre. Puis, dans un ultime effort, ses bras avait resserré leur étreinte au point que chacune des côtes avaient alors casser, broyant les organes du pauvre animal. Puis était venu le silence, paisiblement. N’avait retentit alors, que les expirations saccadés du guerrier qui se tenait là debout, presque narquois dans la posture.

L’esprit vide, un néant avait recouvert ses pensées et son esprit las, s’était comme déconnecté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Stuart



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 3 Nov - 17:14

Disons que du haut de mon arbre, la scène me paraissait plutôt irréelle. L’hybride lapinette qui cours vers une colline comme si elle espérait fuir les loups de cette manière, la trisomique ou désaxé mental (Sanaa) ne perdait pas de temps alors pour aller vers avec haine. Je n’avais même pas le temps de rien dire, tout allait si rapidement. Les uns après les autres, ils prirent connaissance de la présence des loups et… ils réagirent tous de la même façon. Sanna qui venait planter son arme religieuse (un peu comme la Jambiya j’imagine, bande de race violent) dans l’oeil de la première bête qui avait prit charge sur elle.

Décidément, elle était dangereuse, non prévisible et plutôt agile. Je ne devais pas baisser ma garde avec elle, mais je ne la surestimais pas pour autant, dans son état de combat, elle ne semblait plus faire abstraction à certain éléments que je devais découvrir. Sa manière de tenir son arme me donnait aussi l’information nécessaire pour savoir quelle genre d’art martiaux elle pouvait pratiquer. Pour être plus précis, elle avait le même tempérament qu’un individu sous l’influence d’une drogue forte, pour la vaincre, il ne faut pas frapper pour immobiliser, il faut frapper pour tuer. Je savais aussi qu’une distance de 5 mètres, ni plus ni moins, serais à respecter pour la vaincre si un combat entre nous devait avoir lieux. C’est étrange à dire, mais le fait qu’elle était imprévisible la rendait prévisible.

Sol tant qu’à lui intervenait dans toute sa splendeur, ses ailes deviennent enflammé, ou plutôt elle devenait lumière? D’un coup, un peu comme le faisait les dinosaures avec leur queux, le lion venait donner un coup d’aile sur l’autre créature qui avait été, sur le coup, tué violemment. Donc celui-ci se servait de ses ailes tel des lames, bon à savoir, surtout que son assaut au griffe qui avait suivi semblait brutal, je comprenais que le corps à corps était plutôt inutile face à lui. Son point faible venait d’être mis au grand jour suite à cela, ses camarades, donc si cela était vrai et qu’il avait déjà été roi, je crois qu’il était un bon roi, un être qui paierait de sa vie pour sauver son peuple.

Le viking lui, je ne pouvais pas décrire sa scène, j’avais l’impression de regarder mon Nordique combattre dans skyrim, bon oui, j’avoue avoir déjà essayé ce jeu. Le plus surprenant avait été le fait que du sang avait réussi à venir éclabousser mon visage qui se tenait en haut de l’arbre. Je pouvais voir que chacun de ses coups était improvisés sur le moment. Ses bras, sa porté, son arme (en fait, avec lui, je comprenais que toute matières physique pouvait lui servir d’arme) Les blessures physiques, en combat, ne l’affectait pas, en combat, il devient totalement invulnérable, un mur.

Personne ne comprend vraiment mon don en fait, ce qui a fait de moi un soldat à un sergent, un stratège. Je vois tout, je comprend tout et je visualise tout. Personne ne le sait vraiment ici, mais je suis sûrement celui que le nécromancien va le plus détester. Maintenant que j’ai bien visualisé la scène, je sais, à peu prêt, déjà, comment pouvoir vaincre chacun de mes coéquipiers… ou plutôt. je sais comment les utiliser, mais je vais avoir du fil à retorde pour qu’on s’organise, surtout avec cette réputation d’elfe ou de faible qu’on m’a donné, les dirigés va être un test classé légendaire.

- Fait attention de ne pas tomber et mourir noyer dans la bouette, dovahkiin.

Je m’étais mis à rigoler un peu, mais c’était à ce moment qu’un énorme coup de vent venait me faire tomber de l’arbre, mais par chance, une branche qui se tenait plus bas se coinça à mon sac-à-dos. mes pieds se retrouvait à quelque millimètres du sol, (non, pas le lion), je reprenais alors mon sourire et d’un mouvement j’avais cassé la branche pour être sur terre ferme. Je levais la tête ensuite pour voir ce qui avait cosé le vent, un énorme… gaie bleu? Gros comme un ours, l’oiseau volait dans les airs calmement dans les airs comme si rien était.

- Si les animaux sont aussi grand, vous croyez que les habitants sont aussi tout aussi plus grand que la normal?

Dans ma tête, j’imaginais à l’instant une grande femme aux énormes sei… ha tient une fourmi. Celle-ci était aussi gros qu’un rat, dégueulasse.

- Beau combat sinon, je suis content que tout le monde savent se battre, m’enfin, presque.

Je jette un regard vers la coline.

- Pour répondre à votre question plus tôt monsieur le lion

Je toussais alors un peu pour aucune raison particulière (tous les hommes font ça avant de parler quoi).

- Gandalf, dans mon monde, est un magicien blanc qui avait pour mission d’amener la paix sur la terre du milieu, mais cela ne vient que d’un roman, un livre ou parchemin, je ne sais pas sur quoi vous lisez chez vous.

Je me tourne vers le nordique ensuite, essayant de créer un certain point en commun.

- Vous aimez sûrement l’hydromel non? Peut-être qu’ils en font dans ce monde, qui sait.

Cliché nom de dieu, que de cliché, j’ai hésité entre ça et une balade de drakkar, pas si mal je trouve.

- Es-ce qu’on va chercher les deux femmes ou?...

Je fixais sans arrêt la colline ou était niché un lapin au dessus et une… vipère (on va dire la plus meurtrière de tous) qui tente de la rejoindre pour une raison qui, à mon avie, n’est pas très saine. (Sûrement un ordre de cinglé donné par le prophète encore une fois!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphinia White



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 3 Nov - 22:48

Je m’élançai vers la colline pour prendre conscience de la situation qui semblait se compliquer. Je ne pensais pas tomber sur des espèces de loup aussi développés, et surtout aussi gros. De plus, je pouvais très bien voir la magie qui les habitait. Oui je peux voir la magie et c’est normal, je suis un être magique ! Surtout que je soupçonnais ce Nécromancien de nous avoir accueilli si chaleureusement avec ses loups magique ! Nous nous éloignons du sujet, pardonnez-moi. Comme je le disais je montais la colline à toute vitesse et une fois au sommet, je m'aperçus que ma petite protégée semblait être attaquée par le grand méchant loup, mais avant même que je ne puisse faire quelque chose, elle semblait déjà maîtriser la situation. Comme elle semblait s’épanouir depuis qu’elle avait quitter son monde de violence. Ah, petite fleur, ne t’inquiète pas, je saurais prendre soin de toi, t’arroser et surtout te donner de l’amour. Une fois bien en haut de ma colline, je me mis à hurler de plein poumons.

'' JE SERAIS TOUJOURS LÀ POUR TOI !!! TU ES MA BELLA ET JE SUIS TON EDWARD !!! ''

Ces paroles me donnèrent envie de pleurer tellement l’émotion était là. Je sentais que le lien entre cette femme et moi devenait de plus en plus fort, déjà qu’elle se battait avec un loup simplement pour venir me rejoindre en haut de cette colline. Cela démontrait toute l’empleur de notre relation. Je sentais la puissance monter en moi, je plaçai mes mains devant moi et commençai à les faires bouger de manière très spécifique, un peu comme de la danse. Des pentagrammes se dessinaient devant mes mains, plusieurs couches se succédaient, de différente forme et de couleur. Je sentais mes cheveux voler dans une douce brise que provoquait mes portails. Le ciel semblait devenir de plus en plus sombre, mes yeux brillaient de folie devant autant de magie. J’adore faire de jolie couleur avec mes portails et ne jamais trop savoir ce qui va en sortir… oh, ne vous inquiétez pas, à ce moment je savais très bien ce que je faisait, c’était un sort que moi et Merlin avions perfectionné ensemble. Je chuchotais doucement des paroles dans ma langue simplement pour donner un effet plus dramatique à la chose parce que sérieusement, j’avais seulement besoin de dire Alakazou pour que ça marche !

L’air semblait plus lourd autour de moi, ce qui était normal durant la formation de cette magie. Puis d’un seul coup, un cercle de lumière m’entourais et pouf ! Il apparut, virevoltant autour de moi, la plus terrible et redoutée de toute les créatures... le papillon. Mais pas n’importe quel papillon, un papillon de magie, parce que malheureusement, ce n’est pas vraiment un papillon vivant. C’est ma magie qui prend cette forme parce que je trouve ça amusant. Je le voyais s’envoler, laissant derrière lui une traînée d’étincelle et de la fumé d’une couleur rouge. Je soupirai doucement le regardant passer en haut de la tête de mes trois autres compagnons couvert de sang. Du moins, c’était vrai pour le sauvage… Recouvert de sang ? Hein ? Je me plissai les yeux pour mieux voir au loin. Quoi ? Il avait déjà tout tuer ?! Je soupirai bruyamment. Comment avaient-ils pu rien ne me laisser, moi qui voulait lui démontrer ma puissance ! De plus pourquoi y avait-il au moins sept cadavres de loup à côté du sauvage ?...Nooon ! Wow il était trop fort ! Ce n’était sûrement pas le cas de l’elfe qui semblait seulement avoir passé tout son temps dans cet arbre. Dommage, moi qui aurait voulu tout voir de la scène. ..

Je réalisai soudainement que mon papillon semblait déjà avoir atteint la forêt. Je me mit à applaudir en riant toute seule sur la colline. Je frappais des mains en sautillant sur place. peut-être que je n’avais pas tuer un loup, Mais moi je remontais jusqu’à la source du problème ! Leur nid ! Hahaha ! Quelques fois mon intelligence me surprenait.. Je le vis se déposer doucement sur la branche d’un arbre et le spectacle commença ! Je sentais le grondement de l’explosion venir à moi comme de la musique. je frissonnais toujours devant une belle explosion ! Le papillon explosa pour emporter avec lui une bois partie de l’avant de la forêt, la puissance du papillon soulevant dans les airs quelques arbres qui tombaient sur le sol, fracassés par l’impact. Je me réjouissait de ce spectacle… J’adore les explosions. Boom! Haha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Azmia



Messages : 10
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 3 Nov - 23:41

Moi je m'en fou. Ils se battent. J'entends clairement des cris, des trucs qui brise, un lion, j'espère que c'est un lion qui meurt ce que j'entends, et une foule d'autres sons pas adaptés à une cérémonie de graduation d'école primaire. Ils peuvent bien tous crevé la bouche ouverte, ou fermer tient, pour ce que ça change, je m'en fou. L'important pour moi se trouve en haut de la colline. Purger le monde de la lapine et me sauver. Purger le monde et fuir cet endroit de détraqué et foutre en l'air la vie du connard dans le bureau blanc et emmerder tout le monde par la même occasion, c'est vraiment ça l'important pour moi. Dans le meilleur des cas, cette conne de lapine va mourir et je vais arriver à m'enfuir, dans le pire des cas, je vais la tuer et les autres vont me tuer par vengeance. D'une manière ou du n'autre, moi je me casse. Tuer la lapine c'est la solution parfaite. L'important pour moi c'est de reprendre ma vie en main. L'important pour moi...

Je ne suis à personne.

Je suis libre. Je n'appartiens à personne. Je vais te tuer lapine.

Les autres sont loin maintenant, entre moi et la liberté il n'y a que l'épaisseur d'une lame de couteau. Je n'ai rien contre toi lapine, mais je refuse d'être le jouet de l'enfoiré de fils de pute du bureau. J'ai rien contre toi, vraiment, t'es pas mieux foutue que moi, mais c'est ma vie, c'est mes règles.

-Je suis à moi!

Tu es là sur la colline, tu es ma solution, tu es ma raison de courir. Je cours, je cours plus vite que je ne le peux, je cours comme je le faisais autrefois, quand ma vie était encore aux autres. Tu es sur la colline, tu es mon but, ma fin peut-être, je ne sais de quoi tu es capable, mais je cours à me rompe les genoux. Tu es là sur la colline et j'arrive, et je suis prête, et je te traverserai d'un coup de couteau.

Et je te d... Un papillon? Qu'est-ce qu... ... ... ? ...

-Al-hamdou lillahi rabbil 'alamin... Louange à Allah, le Seigneur des mondes...

Voilà. Voilà. Parfois je redeviens croyante. Parfois.

Le souffle de l'explosion me projette au sol, je m'en fou. C'est beau. C'est grandiose. C'est merveilleux. C'est beau et c'est grandiose et c'est merveilleux. Sanaa aime quand le feu brûle.

J'ai peut-être jugé la lapine trop rapidement. Non. Si? Non. Si? Hum. Bah!

Les autres sont sûrement morts, très bien, je n'aurais pas à tuer la lapine de feu. La lapine de feu... Oh... Comme j'aime quand ça brûle... Sanaa! Reprends-toi Sanaa! Jamais je n'ai autant été excitée dans une journée... Non Sanaa, tu dois te retenir!

Je me mords la lèvre inférieure à n'en saigner. C'est si beau. J'aime tellement la lapine de feu que je pourrais la tuer et la garder rien que pour moi. Sanaa!

-... Ouuf.... Aaaah....

Respire! Respire! C'est bien ma grande, maintenant marche.

Sur la colline je me tiens, entre nous, l'épaisseur d'une lame de couteau.

-TOI! Je vais t...

Je me jette sur elle...

...Et la serre dans mes bras.

-...t'adorer.

Oh! Tien, une émotion.

-C'était! C'était! C'était! C'était!

...IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII.... !

-Superbe! Génial! Beau! Grandiose! Magnifique! Beau! Grandiose! M... COMPLÈTEMENT FOU! Laisse-moi toucher à tes oreilles! Tellement douce! Allah! Ce sont des vraies! Ahahahaha! C'était fou! FOU! Ahahahahahaha! T'es complètement folle! BOOM! BOOM! Explosion! Pourquoi tu ne m'a pas dit plus tôt! Incroyable! C'est... de l'art! De l'art! C'est fou et c'est incroyable et c'est de l'art! Tu es vrai! Une vraie chose magique qui fait des explosions! T'es un holocauste sur patte avec des oreilles! Tellement mignonne quand tu fais exploser des choses! 'Ayah! 'Ayah! Miracle! T'es quoi? Un personnage de dessin animé? Tu t'en rends compte? Tu as des oreilles de lapin et tu fais exploser des forêts! Non, mais tu t'en rends comptes!? T'es une lapine et tu fou le feu partout! 'Ayah! Oh non!

J'ai des bouffés de chaleur... J'aime tellement voir des choses exploser... ! Sanaa... Calme-toi bordel de merde!

-... Ah..Ah..

Ouf..! Que ça fait du bien!

-Nouveau malaise!

Je vais me reculer, la laisser deux secondes et faire comme si rien de ceci n'était jamais arrivé... Comme si jamais rien n'était en fait jamais arrivé à aucun moment de ma vie tient. Oh! Oh! Faire comme si je n'étais même pas la même! Oh tiens! Une colline et du feu! Je vais aller voir les cadavres pour me rafraîchir les idées!

Et hop! Me voilà qui cours vers le bas de la colline avec une drôle de sensation entre les cuis... Aaah... J'aime les explosions. J'aime les explosions... Ô comme j'aime les explosions...


Dernière édition par Sanaa Azmia le Jeu 5 Nov - 1:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sol Invictus



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mer 4 Nov - 0:55

J’avais vu à de nombreuses reprises les barbares se battre sur le champs de bataille. Bien souvent, Je n’envoyais que quelques uns d’entre eux, et aucune armée pour les accompagner, puisqu’ils devenaient… incohérent. Ils devenaient des animaux, des sauvages. Des bêtes sans aucune pitié, ni aucune morale. Ils ne reconnaissaient plus ni ennemis, ni alliés. Une seule chose était importante pour eux, lorsqu’ils entraient en combat. Ils voulaient tuer. Si Sveinn me rappela ces combats, je dois admettre cependant, qu’il était encore plus impressionnant. Le barbare était une arme à lui seule, une machine de mort, un canon fait de chair et d’os. J’y voyais cependant une crainte, puisqu’il semblait changé, lorsqu’il combattait. Entendait-il? Pouvait-il écouter, comprendre? S’il n’était plus en mesure de comprendre que nous étions ses alliés, cela deviendrait un grave problème. Pour l’instant, cependant, à l’instant que le combat fut terminé, il parut plus calme, et surtout blessé. Rien dont il ne pourrait se remettre.

J’entendis l’homme descendre de son arbre, et regardai au dessus, pour voir un gigantesque oiseau. Rien de cela, pour moi, n’était très surprenant. Les créatures que j’avais combattu étaient on ne peut plus impressionnantes que de simples animaux géants. Aidan demanda si les habitants seraient tout aussi grand, ce qui pouvait être une possibilité. Si ce n’était pas le cas, ils auront probablement trouvé une façon de survivre. Ce petit village au loin, était peut-être composé de chasseurs hors pairs, ou alors de géants?

“C’est une possibilité. Vu les animaux du coin, mon apparence risque d’être… un peu moins saugrenue. Cependant, le fait que je parle paraîtra étrange. Je me tairai en présence des habitants de ce monde.”

Il ne faudra simplement pas laisser Sanaa insulter tout le monde comme elle avait l’habitude de le faire. Sinon, elle risquerait de mettre tout le village sur notre dos.

Aidan complimenta le combat, et je hochai simplement la tête, pour ensuite de me parler de Gandalf le magicien, un héros de contes. Je ne pus m’empêcher de sourire lorsqu’il commenta sur ce que nous lisions, chez moi, et sur son commentaire à propos de l’hydromel. Je me demandais de quel monde il venait exactement pour avoir de telles idées, mais peu importe. Il avait raison, et il fallait bien aller chercher les deux demoiselles.

Cependant, avant que nous puissions avancer, quelque chose attira mon attention. Un papillon composé de magie s’avançait doucement vers la forêt. Il provenait de Delphinia, vu l’aura magique qui s’en dégageait. Et bien que ce ne fut qu’un papillon, j’avais certaine crainte. La dernière fois que j’avais senti une énergie similaire provenant d’un sort, il avait la forme d’une balle qu’on projetait vers l’ennemi, et…

“... Oh non.”

Nous devions fuir. Je fixai le papillon, incapable de bouger. Je savais qu’il était déjà trop tard lorsque je le vis se poser. Je relevai les ailes, et à nouveau, elle s’illuminèrent.

“À terre!” criai-je à Aidan, avant de le pousser au sol près de Sveinn avec l’une de mes pattes. J'abattis mes ailes au dessus de leurs corps, alors qu’une sphère dorée apparaissait autour de nous. J’attendis le choc, plantant mes griffes dans le sol.

Et comme je m’y attendais, le souffle fut brutal. Je sentis le bouclier de lumière encaisser le choc, mais il trembla comme il n’avait jamais tremblé autrefois. Aucun de mes ennemis n’avait pu pénétrer ce bouclier, et à l’instant même, j’eus peur que mon alliée ne le perce. Même le tyran des ombres ne fut pas capable d’ébranler ma confiance en ce bouclier, et voilà qu’un simple sortilège sous forme inoffensive venait ravager une grande partie de la forêt… Une autre qui devra utiliser ses pouvoirs avec modération…

Les arbres tombèrent autour de nous et les flammes s’élevèrent. Le bouclier coupait les sons, fort heureusement, car je n’étais pas sûr que nos tympans auraient su résister à une telle explosion.

Le souffle passé, je relevai mes ailes, le bouclier se dissipa. Je soupirai, avant de me gratter derrière l’oreille avec ma patte arrière.

“Eh bien ce fut… une jolie démonstration de puissance…” dis-je avant de m’éclaircir la gorge. “Bien. Rejoignons nos charmantes associés… Si nous continuons comme ça, nous ne survivrons pas longtemps lors de notre deuxième vie… Et évitons de nous séparer, à l’avenir.”

Je me redressai, pour me mettre à avancer sur mes quatre pattes. J’avais quelques petites questions pour Delphinia, au sujet de ce sort… Par exemple, pourquoi elle l’avait lancé. J’avais déjà vu des magiciens entrer en transe pour créer leurs sorts, peut-être était-ce le cas pour elle aussi? Je ne pouvais pas, et ne voulait pas non plus, croire qu’elle avait délibérément tenté de nous détruire. De Sanaa, je n’aurais pas été surpris. Elle avait une grande rage en elle. Mais Delphinia… elle paraissait si douce, et pourtant…

Je ne pouvais me faire d’idées pour l’instant. Je devais aller lui parler.

Je vis Sanaa descendre la colline, euphorique. Une étrange expression déformait son visage. Avec elle aussi, tiens, je devrai avoir une discussion. Avec tous, tiens, je devrai parler. Je voulais les comprendre, savoir à quoi m’en tenir. Nous ne pouvions pas être un groupe fonctionnel si nous allions de tous les côtés. Par chance, nous n’avions été divisé qu’en deux groupes, cette fois.

Cette fois, justement. Nous allions combattre un nécromancien. Nous nous devions d’être plus… synchronisé, agir en tant que groupe.

“Content de voir que tu te soucis de nous, Sanaa. Allons rejoindre Delphinia.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveinn Ketilsson



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Jeu 5 Nov - 4:16

Sveinn était toujours dans les brumes de son esprit délétère lorsque le guerrier elfique avait daigner descendre de son perchoir. Les paroles des uns et des autres n'avaient aucune emprise sur lui. Son corps avait sembler continuer de subir les contre-coups de la rage de mort, qui avait pris possession de lui plus tôt. Son aura de furie et de mort avait sembler se détacher de lui peu à peu. Le viking, n'avait pas sembler sur la voie de reprendre ses esprits au cours des minutes qui avaient suivies après le combat. Il avait sembler être sur un espèce de mode opératoire proche de l'automatisme.

Les seules pensées cohérentes du scandinave avaient été de brider la bête en lui, à tout prix. Ses alliés ne  devaient pas subir le courroux de la bête. Il devait la tenir en laisse, s'était t'il répéter pour lui-même à voix basse, comme une sorte de mélopée à peine audible. Ses yeux était rester dans le vague, inébranlablement fixent et vitreux. Alors que ses muscles s'étaient tendus, sous l'effort de volonté que cela avait demander pour maintenir en échec le courroux de la bête.

Pendant ces minutes infinies, ces compagnons avaient sembler vouloir communiquer. Certes, ses yeux avaient vu et ces oreilles captées les sons, mais il ne s'en était guère soucier. Dominer la bête, avait été sa seule priorité, la seule. Et il avait bien fait, son énergie entière il l'avait consacrer à les protéger. Oui, même cette génitrice désagréable. Avant d'être projeter ici, il avait compris que chacun de ses compagnons compteraient pour survivre et vaincre.

Aussi avait-il répété sans cesse, sa mélopée:

-Ma volonté comme l'acier, ma force, inébranlable comme le roc et mon esprit impénétrable comme la montagne.

Il n'avait alors émis aucun autre son, ni même daigner répondre à ses compagnons. Quelque part au fond de lui-même, sa conscience avait sut qu'en cas de problème il pouvait compter sur Sol pour intervenir. C'est pourquoi au moment de l'explosion, alors même que Sol l'avait projeter sous lui pour le protéger d'une menace mortelle il n'avait pas broncher. Bien sûr, il y avait eu une part de lui-même qui s'était inquiéter des autres, mais sa propre sécurité ne l'importait pas, il avait sut protéger ses compagnons efficacement. Surtout, qu'il les avaient protéger de lui-même.

Il l'avait senti lentement se rendormir au tréfonds e lui-même et soulagé. Il avait put lentement reprendre conscience du monde qui l'entourait. Et ce qu'il avait vu, le rassurait sur la nature de ses compagnons. Tous de fiers guerriers, sauf l'elfe qui devrait faire ses preuves. La forêt qui avait brûler dans un grand tonnerre et les cadavres de loups qui avaient été réduits en cendres dans un éclat de lumière violent. Magnifique avait-il songé les yeux empli d'une révérence peu coutumière de sa part, surtout qu'elle n'avait que rarement concerner des simples mortels.

Son corps avait retrouvé cette volonté de mouvement, comme la bête s'était retirer de sa conscience, non sans qu'elle eue tenter une dernière fois de reprendre le dessus. Soulagé, il avait pousser un long soupir de soulagement et s'était étirer, de tout son long comme un fauve, dès lors que le danger avait été écarté. Il avait alors répondu enfin à l'homme frêle et au fauve:

- Visiblement ami, je ne suis pas encore couché dans la boue et en se concerne l'hydromel, je ne serait pas contre une corne de ce breuvage divin. Sol vous avez raison, rejoindre nos autres compagnons est sage et avisé. Et d'aventure, si je devais de nouveau perdre le contrôle de la bête, sachez que vous séparer de moi serait une décision lumineuse et très inspiré. Il est arriver que par le passé, celle-ci m'échappe et celle-ci ne fais nulle différence entre alliés ennemis. Elle tue jusqu'à plus soif où jusqu'à ce que je m'effondre suspendu entre la vie et la mort. Toutes mes excuses de ma brutalité. Soyez assurez, ces quelques blessures ne sont que superficielles je serais de nouveau dans une forme impeccable d'ici quelques jours...

À ces paroles, Sveinn s'était incliné du buste, après s'être remis debout. Il avait regarder au loin, cette femme, qui avait sembler dans une sorte d'agitation qui avait rossi ses joues, d'une belle couleur rubis. Il avait à peine aperçu encore plus éloigner la lapine qui avait sembler immobile dans le lointain.

Songeur, il avait prononcé ces quelques mots:

-Je me demande, cette soudaine manifestation de force brulante est le fait de quelle gente dame?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Stuart



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Ven 6 Nov - 17:08

La scène se passait si rapidement que je n’avais même pas eu le temps de cligner des yeux. Le lion, Sol, m’avait enveloppé moi et Sveinn sous ses ailes pour nous protéger d’une explosion que je n’avais pas vue venir du tout. Une bulle d’énergie si puissante me protégeais de l’implosion de la bombe et l’impression de ne riens sentir me prenait l’âme. Sol venait ensuite soupirer de fatigue, il nous avait sauver la vie, mais de qui? Je savais que ce n’était pas les loups, donc la seul personne qui me venait à l’idée... Ma tête tourne alors vers mes alentours, mes nerfs commençait à remonter vers mes yeux qui aspirait le sang à vue d’oeil.

- Elle…

Habituellement, j’aurais prit une ou deux minutes pour remercier le lion ailé pour son geste grandiose, mais là, la colère me rendait fou. Le fait que j’étais dans un chaos total ne me montais à la tête encore, je ne voyais que des arbres brûlants, du boucan et des rôtis de canins. Plus loin, Sol venait rejoindre Sanaa qui était revenue à la course pour je ne sais pour quelle raison. Sveinn tant qu'à lui se posait une question plutôt intéressante.

- Elle veut nous tuer depuis le début, c'est certain qu'il s'agit d'elle!

Je venais, suite à mes paroles, changer le chargeur de mon arme.

- Elle a tenté de nous tuer et elle venait vérifier si on était bien mort! Elle vient de mon monde, je sais comment sa race réfléchit, prenez vos distance!

Sol semblait ne pas la prendre pour responsable et cela m'énervait.

- Couche toi par terre et met tes mains sur ton dos connasse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphinia White



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Dim 8 Nov - 16:22

KAMOUM! Hahahaha! Je me sens tomber par le souffle chaud de l'explosion qui me donne l'impression d'une caresse sur ma peau, mon corps tombe, tel un corps d'une femme sur un lit emporter par son amant...Ah...La chaleur est si bonne. Je me relève doucement regardant le feu au loin crépiter. Je me retourne et sursaute voyant ma petite fleur me regarder, j'ai la sensation que se regard dure une éternité. Le feu, le vent qui souffle dans nos cheveux, tout est au ralenti, se regard qu'elle m’envoie je le connais, oh oui! C'est le regard que Edward fait à Bella au moment de l'embrasser tendrement sous la pluie, je sens mes joues prendre une couleur pivoine, jamais, je n'aurais crue partager mon premier baiser avec une femme, mais bon que se sois homme ou femme le premier reste le premier! Je ferme doucement les yeux pour sentir tout à cou son corps contre le mien. J'ai le souffle coupée, elle m'enlace moi, je ne sais plus quoi pensée, je suis perdu entre deux sentiments, le premier c'est que j'ai la sensation de tromper mon beau Edward, pourquoi? Chuuut ne t'inquiète pas Edward se n'est qu'un calin entre fille rien de bien méchant et l'autre sentiment est le bonheur cela faisait longtemps que personne m'avait prit dans ses bras comme ça.

Elle me disait à quel point elle m'adorait, c’était si plaisant, puis elle caressait mes oreilles comme si elle n'avait jamais vue de lapin de toute sa vie, après tout c'était peut-être le cas? Elle venait d'un milieu de violence et sans amour! Comment ais-je pu oublier se détail important les émotions m'embrouillaient le cerveau. J'étais durant un court moment son ami ou même plus, je voyais ses joues aussi rose que les miennes. Je ne savais pas trop comment réagir maintenant, comment devais-je maintenant l'approcher! Saana m'embrouillait le cerveau, les gens m'embrouille tellement facilement.

Se moment ne dura guère, je la voyais déjà ce décoller de moi, oh pourquoi! On était si bien l'une contre l'autre. Elle semble descendre déjà la colline, je lève ma main devant moi essayant de l'attraper, mais elle m'échappe doucement, mon amie. Un jour moi et Saana prendront un bain dans une source d'eau chaude ensemble et nous parlerons de tout et de rien, comme dans un livre que j'ai lu. Oh oui, hahaha! Je sens ma poche vibrer, je sors ma carotte de ma poche et prend la ligne, Merlin semble affoler, je lui dis de se détendre, mais il continu.


« Écoute Merlin! Je t'assure qu'entre moi et elle c'est seulement de l'amitié, toute femme à le droit de tendrement se coller sur une autre et que cela ne sois pas sexuel! Oh...Tu ne voulais pas m'appeler pour ça? Haha! Oublie ce que j'ai dis alors mon petit Merlin!...Qu-quoi? Tu pense vraiment? Tu es sûr? Je veux dire ça fais des années que nous avons pas eu contact avec lui...Hmm...D'accord, d'accord, je crois que je vais devoir en informer les autres, c'est vrai que tu te trompe rarement avec ses choses là ma carotte préféré! Oui...Oui je t'inquiète pas, si j'ai a embrasser quelqu'un je le ferais devant toi! »

Je remet doucement Merlin dans ma poche, ma gorge ce serre doucement je la masse tout en descendant la colline pour rejoindre les autres, j'espère seulement que Merlin se trompe, même si mon intuition comme celui de Merlin se trompe très rarement. Je vois Saana presque arriver avec les autres, je suis seulement quelques mètres derrières.

« Oh Merlin...J'espère que tu te trompe... »

Je sors mon dé de ma poche et le lance dans les airs avant de l'attraper.

«  Et merde!!!! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Azmia



Messages : 10
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Dim 8 Nov - 19:28

... J'aime le feu, le feu c'est pas un élément, c'est une manière de vivre! Le feu c'est presque une ressource naturelle! Le feu c'est presque la chose la plus importante dans l'univers, mais je dis bien presque. Il y a une chose qui me fait mouil... plus plaisir que le feu, une seule, vraiment, une seule et unique. Les explosions! Pour tuer, le feu doit toucher et parfois, ont peut même l'éteindre, ce qui est triste d'ailleurs! Mais les explosions, le plaisir, la vie, tout ça s’est lié. Les explosions sont la vie. J'aime les explosions. J'aime quand les gens meurent dans un gros BOOM! Je trouve ça vivifiant de voir des choses mourir d'un coup! Les explosions sont géniales! Il faut être réaliste, l'explosion c'est LA manière par excellence de tuer! Il y'à l'étape un, le souffle! Le souffle c'est spectaculaire! La compression de l'air qui ravage les bâtiments, écrase les cages thoraciques, fait cracher les organes et...! Ah..ah.. ah... Une nouvelle émotion! Oh non! Je deviens toute rouge encore! Oh! Le lion, complètement broyé! Ahahah! BAM! En morceau! Oh! Oh! Encore mieux! La seconde étape, la plus jolie, la plus merveilleuse, le feu! Oh oui! Le feu c'est merveilleux, sa purge les mécréants, c'est beau, tellement beau... Hhhuuum. Ouf! Sanaa, tu dois te calmer ma grande! Je vais garder ça pour quand je vais voir les corps! Et puis il y a la troisième étape Sanaa, une étape salissante c'est vrai, mais...Ouf! Les shrap... ah... shra... shra... Huum.. Shrapnels! Shrapnels, un synonyme de jouissance. Si un truc survie aux étapes un et deux, les shrapnels sont certain de stimuler ma joie de vivre! Dison qu'une forêt explose, les arbres deviennent eux-mêmes des projectiles mortels qui déchire les chairs, brise les os, exposes les tripes et... Sanaa... L'elfe repeint en rouge, le barbare vermeil, le lion écarlate... Je n'en peux plus! Rien que de les imaginer couverts de boyau, éparpiller et baignant dans l'hémoglobine fumante... Seigneur... Je n'en peux plus! Tant de violence! Je n'en peux plus! Je vais... Je vais...

Coït interrompu.

Douche froide.


...Je vais pleurer.

Brillant tel le soleil, fièr, grandiose, crinière de lumière au vent, Sol, debout, vivant. Vivant, contraire de mort donc. Contraire de pas vivant. Contraire de plaisant. Il est vivant et pas mort, et pas éparpiller, et pas couvert de sang, et surtout, surtout... Il parle. IL PARLE ! C'est un lion, ailé, vivant et il parle! Il est vivant et il me parle! ENCORE! ENCORE!

-AAAARRRG! Tu penses vraiment qu'à toi bordel de merde! Et mon excitation heih? TA PENSÉ À MON PLAISIR? TU PARLES BORDEL! Tu parles!

Je vais démissionner. J'aurais du continuer de vendre des roses avec mes ignobles soeurs et ma traînée de mère, me faire marié à un à riche fils de pute, devenir sa troisième ou quatrième femme peut-être, m'occuper d'une maison et de six fils qui vont me détester parce que je vais leurs êtres inférieurs de toute manière et... Mhm. Le lion n'est peut-être pas si mal finalement. Non. Il est horrible. Je le déteste. Seigneur comme je le déteste!

Et voilà maintenant l'elfe qui en rajoute! Je veux les tuer depuis le début qu'il dit? Pfff. Aucune preuve! Tu parles d'un connard, comme si une délicate fleur comme moi voudrait lui planter un couteau dans l'estomac avant de remonter la lame pour le vider de ses tripes et... ARG! Va te faire foutre Sol! J'arrive même pas à bien me sentir en pensant à répandre le faible sur le sol, tout ça à cause de ta sale gueule de lion détraqué!

-Eh du con! J'en ai plein le cul de toi, et non ce n'est pas une invitation espèce de gros pervert sodomite désaxé! J'ai peut-être l'air un peu, je dis bien un peu, suspecte, parce que oui je suis venue voir vos corps, enfin, surtout ceux du lion parce que je le déteste et celui de Musclor parce qu'il est quand même bien foutu pour un gros tas de merde, et je sais qu'en disant ça je m'aide encore moins, mais venant d'un enfoiré misogyne et raciste qui essaie ouvertement de me tuer devant tout le monde et qui m'a déjà collé son arme dans le visage pour aucune autre foutue raison que t'es justement un connard misogyne et raciste, et bah je veux rien entendre! Non, mais tu t'es vu? Tu me donnes des ordres comme si t'étais un putain de dieu et que tu avais la vie de tout le monde entre les mains, mais tu sais quoi? T'es qu'un pauvre con d'humain sans pouvoir comme moi et t'es entouré par un putain de lion qui parle, un géant indestructible et une lapine magique bordel de merde! Tu réalises ça au moins? Tu veux que je fasse quoi ici moi, heih!? Faire sauter ton stade olympique? Bah t'en as plus de foutu stade olympique! Je suis la seule chose qui te reste de ton monde alors vas te faire foutre! Tu penses que je vais mettre mes mains de connasse dans mon dos simplement parce que tu me l'ordonnes? Va te faire foutre! T'es qu'un fils de pute avec une arme et t'a même pas les couilles de t'en servir! Va te faire foutre! Tes grades c'est de la merde! Va te faire foutre! Tu seras jamais le chef ici, tes hauts comme trois pommes et tu sais rien faire! VA TE FAIRE FOUTRE!

Quelle putain de connard prétentieux!

-Maintenant tu vas me faire plaisir et peser sur ta foutue gâchette ou fermer ta gueule et me foutre la paix définitivement! Oh et puis merde! Moi je retourne voir la lapine, elle au moins elle a les couilles de faire exploser des trucs, qu'elle le fasse exprès ou non.

Et me revoilà sur la pente. Qu'il tire l'enfoiré, je préfère crever encore que d'être ici... Pour ce que ça change, de toute manière, je suis plutôt certaine que le truc ailé ne le laissera pas faire... J'ai perdu ma chance de me sauver ET de mourir quand j'ai pas tué la lapine, foutu lion...

Parlant de la lapine justement.

-Et toi aussi va te faire foutre tient! Si t'avais essayé plus fort j'aurais pas eu à revoir leur sale gueule et je me serais pas asséchée comme le Sahara!! Je te jure! Tu dois viser l'elfe avec tes papillons, pas les arbres!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sol Invictus



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Lun 9 Nov - 20:05

Je ne pus répondre à Sveinn. Je ne pus dire mot à Aidann, qui partait déjà devant moi en proie à une grande colère. Allait-il lui aussi se transformer en machine de mort comme Sveinn venait de le faire? Il répondit au barbare tout en maintenant qu’il s’agissait d’un coup de Sanaa, alors qu’il n’y comprenait strictement rien. Sa haine pour cette femme était grandiose, je m’en rendais compte. D’une certaine façon, je comprenais qu’il puisse la croire coupable, vu les paroles qu’elle proférait en permanence. Si à mes yeux elle paraissait plus confuse que dangereuse, pour lui  il n’y avait aucun doute possibles. Elle était une ennemi. Il faisait très peu de sens pour moi. Je n’avais jamais compris ce besoin humain de se dissocier. Cette division causait leur perte, et c’était le cas même chez moi, avant que nous unissions les peuples sous la bannière du lion ailé.

Son attitude était celle d’un nouveau soldat, tout juste sorti de l'entraînement, croyant qu’il a déjà tout vu. Si ce n’était pas le cas, c’est l’impression qu’il me donnait. Comment Sanaa, sans équipement aucun ni de magie, aurait-elle pu faire une explosion comme celle-ci? Je levai la patte pour l’en empêcher, mais mon geste fut interrompu par Sanaa.

Les gens de ce monde était définitivement très étranges. Son plaisir? Pourquoi rapportait-elle toujours tout ce qui avait un rapport sexuel lorsqu’elle s'adressait à moi? Sans oublier le fait que j’étais un lion ailé qui parle, ça aussi, elle le ramenait sur la table. J’avais du mal à comprendre sa haine envers moi, et même envers les autres membres du groupe… Sauf peut-être Aidann. Ils venaient du même monde, et semblaient tous deux voir en l’autre un ennemi juré. Ne réalisaient-ils pas qu’ils avaient dépassé ces simples querelles de peuples en mourant? D’ailleurs, c’était le cas aussi pour moi. Je n’étais plus un dieu, ni un roi. J’étais Sol et effectivement, j’étais un lion ailé qui parle.

Je soupirai en la voyant partir vers la colline pour rejoindre la lapine. Je levai ma patte pour l’appuyer doucement contre le bras d’Aidann.

“Ne tires pas. Ce n’est pas elle qui a essayé de nous tuer. C’était un sort de Delphinia.” Je tournai la tête vers lui. “Cesses de faire des conclusions hâtives. Comment aurait-elle pu faire une bombe? Tu as vu quelque chose qui aurait pu lui servir? Il n’y a pas de magie ici. Je ne connais pas ton monde, Aidann, mais je doute fort que vous puissiez faire une explosion de la sorte sans magie ou matériel.”

Je retirai ma patte, avançant vers les femmes.

“Et concernant les motivations de Delphinia, elle ne voulait probablement que nous aider… à sa façon. Elle semble souvent se perdre dans ses pensées. Il faudra lui demander d’être plus prudente.”

Je prit place aux côtés des deux femmes, m’éclaircissant la gorge.

“Bon, écoutez. Delphinia, j’aimerais que tu sois plus attentive à ce que tes compagnons font, à l’avenir. Tes pouvoirs sont grands, magicienne. Utilises cette puissance judicieusement. Par exemple, ravager un champ de bataille où seul tes alliés se tiennent n’est… n’est pas judicieux.”

Je me tournai vers Sanaa, puis vers Aidann.

“Et vous deux, cessez vos enfantillages. Je ne connais pas vos vies, peut-être que vous vous connaissez, mais au fond ça m’est égal. Si vous venez du même monde et que vos peuples sont en guerre, soit. Mais vous êtes tous les deux morts. Vos querelles sont inutiles, désormais. Sanaa le répète sans cesse, je suis un lion ailé qui parle, et elle a raison. Si j’ai été un roi de mon vivant, qu’est-ce que cela change, maintenant? Ici, je ne suis rien d’autre que moi. Nous avons tous été choisi pour combattre. N’est-ce pas suffisant pour vous, qui êtes tous deux avides de violence?”

Je me redressai, relevant la tête.

“Nous sommes réunis, maintenant. Et si nous allions mettre à mort ce nécromancien perturbateur? Il me tarde d’en connaître d’avantage sur notre condition, et nous ne pourrons pas tant que nous n’aurons pas accomplis notre première mission.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveinn Ketilsson



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 10 Nov - 23:50

L'arrivée de Sanaa n'avait pas échappé au viking, tout comme le commentaire de Sol qui devait avoir éveiller l'attention du soldat elfe sur autre chose que la boue et le sang sur le torse de Ketilsson. Sveinn avait reconnu le regard de rage qui habitait les yeux de l'elfe dès qu'il avait pu le croiser lui même des yeux. Il avait senti la haine que celui-ci exsudait de tous les pores de sa peau, comme un venin insidieux. Certes, la terre avait trembler et la forêt avait hurler à la mort dans un immense brasier, mais ils avaient conservés leurs vie et ces éléments auraient dû être suffisant, pour calmer les hardeurs de tous.

Les mots qu'avaient proféré le petit elfe, avaient sembler charger de violence, il voulait un bouc émissaire et sa peur avait sembler diriger ses intentions mauvaises sur la femme aux paroles désagréables. Évidemment, en frais de raffinement avait songer le viking, elle n'aurait guère mieux valu qu'une gueuse, mais pour ce qui était de la férocité elle ne donnait pas sa place! Une qualité, que même le Scandinave avait sembler apprécié chez cette femelle. Oh et oui, elle avait manifester une certaine envie de tuer envers le groupe, mais cet aspect avait semblez négligeable pour l'homme montagne. Les paroles resteraient des paroles si aucun gestes concrets elle ne posait avait-il songer pour lui-même, bien avant l'incident ardent.

Alors, une fois de plus, il avait songer que l'inimitié que dirigeais le petit homme vert sur Sanaa, tenait plus de la présomption que de la réelle connaissance. Il avait sembler agir depuis le tout début, comme un chef, bouffi de fatuité. En son temps, Sveinn avait été tout autant débordant de confiance, mais prêter des intentions malveillantes à une personne et cela sans fondements, n'avait jamais été d'actualité en ce qui le concernait.

Les événements s'était ensuite enchaîner rapidement, en donnant au viking un regret presque vivace, d'avoir aiguillé en partie sur cette piste, le pauvre homme effarouché. En effet, Sveinn avait demander de qui pouvait provenir l'éclair de lumière ardent qui avait sembler dévorer les bois.
Sanaa était arrivé et son joli minois avait changé pour devenir un masque de frustration alors qu'elle hurlait qu'on avait gâcher son plaisir. Le viking avait deviner vaguement, la déception dans le visage de celle-ci, tout en constatant que ces propos incohérents avait concerné une fois encore la bête ailé.

Aussi, lorsque le soldat s'en était-il pris à la jeune femme férocement jolie avec ses joues légèrement vermeilles, le digne guerrier avait senti monter en lui une colère diffuse qui avait pris pour cible le faible elfe.

Les menaces avaient été proférés aussi rapidement, qu'un curieux objet était apparu dans la main frêle du débile arrogant. Sveinn avait songer qu'il persistait à sortir de tels objets et que c'était ridicule d'en menacer les autres. Le viking s'était approcher rapidement de la chose elfique, de concert avec Sol. Il avait dans l'intention d'éviter une escalade de violence inutile, qui pourrait se solder par la mort d'un compagnon d'armes dont les preuves ne lui avait plus sembler à faire.

C'était ainsi que, l'empressement dont avait fait montre Delphinia pour rejoindre le groupe avait passé inaperçue pour Sveinn, tout comme son air préoccupée. Elle était si petite, il était tellement facile de l'oublier ou de ne pas la voir. Ce dernier avait cependant, perçu quelques mouvements dans la périphérie de son champ de vision, sans toutefois sans inquiéter.

Le plus surprenant dans la suite des événements pour Sveinn, avait été sans conteste les mots de Sanaa: cadavres, musclor bien foutu et couvert de sang, misogyne et raciste. Cette série de mots, n'avait eu aucun sens pour le viking si ce n'est qu'elle avait associer une quelconque beauté à son corps musclé et couvert de sang ce qui l'avait fait sourire tout en s'étant bien gardé de ne piper mot. Sanaa l'avait également définit comme un géant indestructible, compliment auquel il n'avait pas tenter de s'opposer une seconde, pour une fois encore la femelle avait parler vrai, non seulement à son égard avait-il penser, mais aussi au sujet des prétentions que l'elfe monte en l'air avait afficher jusqu'ici.

Les menaces du frêle humanoïde n'avaient trouver que la bravade d'une femme en colère, qui lui avait tourné le dos sans aucune vergogne. La génitrice l'avait castré de son autorité avec un style sauvage, que le viking avait savourer avec contentement. Elle était peut-être venue contempler son cadavre de Scandinave, mais elle lui avait laissé sa virilité intacte et il en était ressorti gagnant, pas comme certain... Avait-il penser tout en lorgnant vers Sol et l'homme des feuillus.

Cependant, plus l'ironie et le ridicule de la situation avait sembler s'amplifier dans les dernières secondes, moins Sveinn avait sembler en mesure de garder son sérieux. Le tout, avait atteint son paroxysme lorsque Sanaa avait laisser clairement entendre que le tonnerre ardent était du fait de la lapine et que celle-ci avait plus de couilles qu'un elfe. Aussi, avait-il été incapable de retenir un fou rire tonitruant. Plier en deux, il avait à peine remarquer que l'ire de la femelle s'était aussi répandue, sur la lapine aux grosses couilles.

- UN ELFE SANS COUILLES, UNE FEME... ELLE LAPINE AVEC UNE V... ER... VERGE! AHAH AHHA AHHA ! PAR ODIN ET THOR! J'AURAIS TOUT ENTENDU, FEMME TU EST DÉVASTATRICE ET ÇA ME PLAÎT!

Cette vocifération impromptue avait complètement enterré les propos du lion ailé qui s'était d'abord adresser à l'écureuil vert et ensuite aux femmes. Une fois que ses spasmes d'hilarité s'étaient estompé, il était venu au contact avec Aidan pour appliquer une force inexorable sur son objet noir, dans l'intention de lui faire baisser.  Puis, il avait donner une claque amicale sur l'échine du lion, comme il l'avait déjà fait avec des compagnons d'armes, il n'avait pas porté attention à la force appliqué.

Ensuite, il avait été rejoindre les femmes qu'il avaient tenter d'attirer à lui dans une étreinte de joie, marquer d'une grande vivacité dans le mouvement ample qu'il avait effectuer pour les prendre toutes les deux et ce, malgré ses blessures suintantes. Tout en proférant avec force:

- Aller venez amis. Nous avons une quête à accomplir et maintenant je sais que même l'écureuil vert pourras être utile en son temps. Toi la lapine, tu as une grande fournaise en toi j'aime ça, mais tâche de mieux viser la prochaine fois. Et puis, toi femme guerrière, tes paroles tranches autant que ta lame! Tu est aussi digne que farouche! Et puis, toi chose ailé, ta sagesse t'honore et je te remercie d'avoir protéger mon corps! Les Ases attendent et l'endroit blanc aussi, allons-y maintenant.

Il avait dégagé une force bestiale teinter d'une joie sauvage, le faciès fendu d'un sourire volontaire couturé de trophées cicatriser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Stuart



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 17 Nov - 18:10

Cette patte douillette et vêtu de petit coussin venait se poser sur mon épaule et le viking venait ensuite baisser mon arme. Je ne réagis pas, les mains serré sur l’arme, mais intérieurement, les surnoms commençaient à me faire encore plus péter les plombs.

Les mots me manquaient, ma voix était stoppée et mon coeur ne battait plus. J’avais envie de casser le grand homme, de botter le cul de la lapine et d’arracher la langue de la conasse d’arabe. Ya que le lion qui ne mes pas hostile. Je me retourne alors et commence à marcher pour prendre mes distances d’eux tous.

- Continuez à faire vos conneries tous seul alors, partez et faites vous tous tuer comme des cons par cette psychopathe déchaînée. Moi, je vais m’occuper de ce que j’ai à faire, tuer ce nécro et tous les autres pour pouvoir revenir dans mon monde, rejoindre ma fille et ma tranquillité.

Je remet alors mon arme à son lieu de rangement, et jette un dernier coup d’oeil vers le trou du à l’explosion et donne un expression de jugement à mon visage. La forêt semblait plutôt énorme de vue, mais je ne désespère pas, suffis d’être tactique dans cette emmerde.

- Oh canada… Our home and native land, True patriot love in all thy sons command…

Je continuais à chanter l’hymne de mon pays tout en avançant vers mon objectif, tout droit. Je sortais alors d’une de mes poches avant un foulard que je venais placer sur mon visage, laissant que mes yeux à découvert. Mes armes sont tous chargés et je sais maintenant à quoi j’ai affaire sur ce monde, des géants, je redoute déjà les fourmilières…

Les autres étaient derrière moi, pas encore très loin, mais assez pour ne plus entendre ce qu’ils disaient. Je ne savais pas ce qu’ils allaient faire, mais je m’en foutais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphinia White



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Ven 20 Nov - 14:44

J'avais enfin atteint les autres qui semblaient être agités par l'explosion que j'avais causée, j'étais
à la fois heureuse de voir qu'il me trouvait plus utile maintenant et non pas seulement une lapine qui ne faisait que partit en courant pour n'importe quel raison, mais en même temps j'avais peur qu'il me prenne désormais pour une menace, vous savez les hommes et leurs orgueils. Puis ma belle fleur se tourna vers moi, me disant qu'elle était devenus aussi sèche que le Sahara, c'est quoi le Sahara au juste? De plus elle me dit que la prochaine fois j'aurais dû viser l'elfe avec mes papillons, oui c'est vrai que cela aurait été amusant, mais malheureusement je ne contrôlais pas la trajectoire de mes papillons. C'était un problème que j'avais déjà rencontrer dans le passer avec ses bestioles, haha! Plein de boum partout!


« Je m'excuse Sanaa, disons que mes papillons aiment aller ou ça leur plait! »


Puis Sol s'approcha de moi, pour prendre ma défense comme c'était gentil de sa part, se lion était sûrement, non en fait c'était probablement le plus noble d'entre nous. Ensuite il me dit que ce n'était pas très judicieux de ma part de faire exploser une partie de la forêt quand mes alliés était là, hmm peut-être que j'y avait été trop fort comme premier sort à montrer aux autres...Puis je me mis à me rappeler de mon moment de tendresse avec Sanaa, non c'était la bonne chose à faire et pour rien au monde j'aurais voulu effacer cette explosion de tendresse entre deux femmes de ma tête.

Un rire me coupa la parole avait même que je ne puisse répondre à mon ami ailé, le rire du sauvage était si fort que je resta sans voix, oui oui cela peu m'arriver parfois de ne rien dire. Je me tourna vers lui il semblait trouver le fais que j'avais plus de couille que l'homme vert était amusant, en fait je le prit comme un compliment avoir plus de couille qu'un homme feuillu, haha! Delphinia White la fille à couille! Hahaha! Je me mis à rire au éclat à cette pensée.



De la chaleur virile me sorti de mes pensées, j'étais maintenant dans les bras du sauvage, ce n'étais peut-être pas aussi tendre que l'étreinte que j'avais partager plutôt avec Sanaa, mais c'était quand même bien un sept sur dix serait acceptable de donner. Je remarqua que l'elfe parti de son côté je n'avais même pas remarquer qu'il avait parler j'étais tellement concentrer dans ma tête, ne pas remarquer un elfe c'était quand même remarquable, eux qui sont généralement si bruyant. Je me faufila d'entre les bras du Viking pour aller le rejoindre, mais trop tard il était déjà loin de moi.


« À plus l'elfe! »

Je me retourna doucement vers les autres en ayant mes mains sur mes hanches ayant le sourire au lèvre, j'avais l'impression d'oublier quelque chose...Mais quoi...Pense Delphinia...Pense! Oh oui! Je crois m'en souvenir, c'était en rapport avec Merlin...Hmm...Quoi déjà...AH OUI! OH MERDE!! Je me mit à prendre une grande respiration avant de tout dire en même temps.

« Bon je dois vous avertir de quelque chose, avant que j'arrive en bas de la colline pour vous rejoindre Merlin ma transmit un message via ma télécarrotide pour vous avertir d'une chose important qui pourrait tous nous mettre en danger... »

Je figea, c'était quoi déjà.

«  Euh...Je...OUI OUI!! Le nécromancien je crois que moi et Merlin savons qui sais, sa trace magique que les loups on laisser, en fait les loups n'étais pas de lui, mais ils portaient cette odeur bien particulière...Je crois que l'homme à qui nous avons à faire est... »

J'adorais laisser un moment de suspense avant de dire une nouvelle important même si pour Merlin cela ne servait à rien.


« Orochimaru! Terrible nécromancien de mon monde! »

J'avais maintenant les bras haut dans les airs pour mettre encore plus de tension dans ce que je disais, j'avais le don d'apporter l'émotion dans les moments comme celui-si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanaa Azmia



Messages : 10
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Sam 12 Déc - 23:38

Voilà Sanaa! Des paroles sensées qui vont remettre l'elfe à sa place et montrer aux autres que t'es la meilleure. Oui, Sanaa, c'est gens et ce... lion... sont des gens raisonnés, des gens qui comprennent quand on leur parle. Oui, oui, oh oui, oui, oui, oui, certes, certainement, clairement, voilà, le machin avec des ailes va parler et dire à tout le monde que j'ai raison, oui, voilà quoi, j'ai raison non? Bien sûr que j'ai raison, je veux dire, ces gens sont puissant, ont été choisi même, des gens qui doivent avoir compris une ou deux choses dans leur vie heih, oui donc voilà, comme je disais, même le lion dégénéré qui parle peut dire des choses sensé et non, je refuse de me mentir plus longtemps, seigneur que je le déteste! Khra! Va te faire foutre Sol! Comme si le monde tournait autour de toi! Foutu héliocentrisme de merde! Blablabla je redis exactement ce que Sanaa a dit pour sermonner l'elfe et Sanaa, blablabla je me sers des idées des autres comme si c'était les miennes, blablabla, regardez-moi je suis Sol Impromptu! Fils de chienne... de... de... de lionne! Enfoiré! Enf..

Oh et puis merde! Voilà l'autre con qui en remet! Comme si c'était le temps de rire, décidément le barbare est complètement fou, pas comme moi qui suis en total possession de mes moyens en tout temps. Solide comme un roc. Rien ne me fait jamais faiblir et rien ne peut me retenir. Moi je garde toujours mon calme et...

Qu'est-ce qu'il veut lui? Oh non. Non. Non et non et non et non tiens!

- Non, non, non, non, non! Oh bordel, oh bordel! T'APPROCHES PAS! Je veux pas sentir la merde! Non! T'approches pas! T'approches pas! UGH!

Putain qu'il est gros! C'est complètement impossible d'échapper à son étrein... Oh bordel, c'est une tache de merde ça? Oui, juste la, la, la, tu vois, juste la, ici, juuuuuuussssste la, à un centimètre de ma bouche. Oui. C'est bien de la merde. Je le savais. Il se roule dans la merde. Il aime la merde. J'en appelle à toi Père tout puissant et aimant, sauve ta fille qui s’est écartée du droit chemin en la foudroyant de ta puissance divine.... ... ... S'il te plaît? ... ... ... Va te faire foutre! Tout puissant de mon cul! Je... Oh, un bout de boyau, ça c'est comique ahahahaha. Ouais les loups sûrement. Oui ça c'est plutôt drôle, couvert de merde et de boyau ahahaha! Couv... De merde. Bon sang. Ugh. Je deviens folle, c'est définitif. En même temps faut dire que sa m'arrange, vu sa force, je devrais mourir dans les secondes à venir, la cage thoracique broyée et les poumons explosés, un plaisir, un vrai de vrai plaisir! Oh et, mais c'est qu'il me lâche cet enfoiré?

-Quoi? C'est tout? Pffff. T’essaies pas de me tuer plus ou de me torturer un brin davantage? Je suis pas assez bien pour toi c'est ça? Ouais bah, garde tes cochonneries chez toi alors! D'toute manière t'es couvert de merde! De merde t'entends? T'es couvert de merde et tu sens la merde et t'es une merde et j'aime pas la merde et...

Et c'est le festival des interruptions. Tu vois Sol, c'est de ta faute si l'elfe me coupe, parce que t'es un gros connard de lion ailé qui parle et qui coupe la parole des gens, maintenant tout le monde prend son aise pour me pourrir la vie. Tu vois Sol, tu as l'effet de la peste, mais sans la partie bien où je meurs pour être libéré de toi. Sol, la vérole, du pareil au même, pas assez terrible pour te tuer, mais juste assez chiant et dégueulasse pour gâcher la vie! ... Mhm... Mais en fait, c'était peut-être mieux que je me fasse couper la parole en fait, vu ce que je disais, non pas du tout finalement, c'est de la faute de Sol, donc c'est un sacrilège.

En plus, maintenant c'est moi qui ai envie de rire.

- Ouais c'est ça, parce que y'a plus de chance que la lapine nucléaire, le tas de merde et l'immonde appendice ailé meurs par ma faute, plutôt que tuer par des loups géants ou je sais pas quel genre de poche de pue volante vivante dans le coin. Ô Canada, chiotte des USA! Commande chez tous tes fils une fidèle diarrhée patriotique! C'est ce que tu fais de tout ce que j'ai pu te dire l'elfe? Mais oui, j'avais oublié, ils ont toujours raison les occidentaux, toujours heih, c'est pas de leur faute si je fais exploser des gens 36 heures par jour dans des attaques suicides. Je veux dire, je suis une terroriste parce que je suis arabe, forcément, c'est vrai et c'est tellement vrai même, que je fabrique des bombes avec du gazon pour raser les forêts! Ahahaha! Foutu déchet. C'est ça, va mourir dans ta forêt en sirop d'érable.

Bon! Voilà qui est réglé. Ouais, à plus l'elfe, bien dit Ô lapine divi... Oui, bon, enfin, quoi, elle fait du feu avec des papillons non? Parlant de non, l'elfe à eu une super bonne idée par contre, une idée que je vais lui voler d'ailleurs.

- Bah! Va chier Sol! Tu penses que tu peux me voler mes idées heih? Bah regarde! Moi aussi je peux prendre les idées des autres. De toute manière, l'elfe à raison sur un point. On a aucune chance de survivre ensemble. Je sais pas ce qu'il y a de pire entre l'autre qui peut pas contrôler ses pouvoirs, la vérole avec des ailes, Musclor le malodorant et les monstres qu'il y à dehors. Pour moi, vous êtes tous de la même espèce. Je vais me débrouiller seule. J'ai pas d'armes, pas de vivres, j'ai aucune idée d'où je suis, mais je pense pas avoir plus de chance de survivre avec vous. En plus, sérieusement, je peux pas supporter le connard du bureau javellisé et si je peux mourir sa fera bien mon affaire! À plus!

Hop, hop! Le soleil se couche, je dois me trouver un abri pour la nuit et du matériel pour me faire des euh... des armes, je suppose. Je pensais pouvoir les éliminer, mais l'elfe était la chose la plus normale que je pouvais trouver. J'ai plus de chance seule. Je me trouve un abri et j'attends que ceux avec des supers pouvoirs règle tout. T'façon, après je suis sur qu'on va retourner au bureau, que je participe ou pas...

Par delà les collines, mettre le plus de distance entre eux et moi avant la nuit.

J'ai le soleil dans les yeux.

- Je te déteste Sol! Putain que je te déteste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sol Invictus



Messages : 8
Date d'inscription : 24/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mar 15 Déc - 20:05

Le rire de Sveinn eut un effet de surprise sur la plupart des gens. Je n’avais pas pris en considération l’humour dans les mots de Sanaa, les ayant perçus comme une insulte pour l’elfe, et non comme une quelconque supposition réelle. Il est vrai, cependant, que prendre les mots de la femme au pied de la lettre avait quelque chose de plutôt cocasse, disons le ainsi. Si la situation ne se prêtait guère au rire selon moi, il fallait admettre que son rire semblait avoir rapproché les deux femmes et lui-même… Ou non, vu la réaction de Sanaa. La rage de cette femme ne connaissait véritablement aucune limites. Je ne pus m’empêcher de soupirer aux évènements qui se produisaient devant mes yeux.

Nous étions tous réunis. Étions. Aidan s’était déjà remis à injurier les autres à nouveau, et il se dirigea vers la forêt, nous laissant seul derrière. Mais à quoi pensait-il? Cet homme était-il capable de raison? De comprendre la situation, de voir que son choix était illogique? Ou peut-être souhaitait-il mourir? La fille dont il parlait était peut-être morte aussi, et il voulait aller la rejoindre dans l’au-delà? Ce n’était pas là ce que ses mots laissaient entendre. Il avait plus de chance de survivre seul, ici, dans un monde qu’il ne connaissait pas?

Tout cela tenait de la stupidité. Il ne pouvait pas être sérieux, comment pourrait-il l’être? N’avait-il pas été lui-même chef? Comment pouvait-il dire de telles choses en étant sérieux? Certes, la situation avait quelque chose d’invraisemblable. mais de là à réagir de la sorte? Peut-être que l’homme du bureau blanc avait fait une erreur en le prenant lui plutôt qu’un autre.

La lapine se mit à parler, nous informant sur la nature du nécromancien. Nous avions un avantage sur lui. Il ne s’attendrait probablement pas à revoir Delphinia. Étaient-ils alliés, dans leur monde? J’en doutais. La nécromancie ne ressemblait pas du tout à la magie qu’utilisait la lapine.

Puis, ce fut au tour de Sanaa de partir de son côté. Est-ce que tous les humains de ce monde étaient tous complètement idiots? Ne comprenait-il pas l’importance de s’allier plutôt que de se diviser? Aucun d’entre eux ne prenait la situation sérieusement, et plus je les regardais aller, plus j’étais exaspérer. Les humains de mon monde ont eu un ennemi commun à vaincre, mais eux… eux n’ont probablement jamais connu de menaces d’une telle ampleure. Des guerres entres humains, tout au plus. Rien d’assez sérieux pour être considéré comme digne de s’allier. Je ne pouvais m’empêcher de me demander si mon monde était devenu comme le leur, maintenant que le tyran maléfique avait été vaincu. Peut-être avais-je placé ma confiance en un peuple qui ne le méritait pas…?

Je relevai la patte, l’appuyant contre mon front alors que je l’écoutais, une nouvelle fois, faire preuve d’une créativité sans nom pour imaginer des insultes à mon égare, alors que je la voyais s’éloigner. Je commençais à sentir une certaine colère monter en moi. Face à ces deux gamins qui ne pouvait s’empêcher de fuir la situation dans laquelle tous deux se trouvaient.

“Les humains de ce monde sont très égocentrique…”

Je me tournai vers Sveinn et Delphinia.

“Nous devrons nous occuper de ce nécromancien plus tard, je le crains. La nuit va bientôt tomber, et nous sommes séparés à nouveau. Comme s’il était sage de parcourir une forêt inconnue la nuit… Ils m’énervent.”

Deux de notre groupe étaient parti dans des directions différentes. Que faire maintenant? Se séparer encore d’avantage? Aucun de ces deux humains n’étaient en mesure de raisonner correctement. Il fallait les prendre de force. Je regardai le barbare, puis Aidan qui se faisait de plus en plus petit.

“Faisons une seule chose à la fois. Évitons de nous séparer d’avantage. Allons chercher Aidan, pour commencer. Pourrais-tu le cueillir pour nous, Sveinn? Et t’assurer qu’il ne se sauve pas? De toute façon, les mots n’auront aucun effets sur ses décisions, et tu sembles avoir la force nécessaire pour le soulever de terre et l’immobiliser. Ensuite, nous irons chercher Sanaa. Delphinia, tu es la seule que cette femme ne déteste pas complètement. Crois-tu pouvoir la convaincre de nous suivre, ou allons nous devoir utiliser la force pour elle aussi?”


Un soupir s’échappa d’entre mes lèvres.

“Ces deux humains à eux seuls sont pires que les peuples que j’ai du rallié pour combattre… Leur monde semble bien étrange.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveinn Ketilsson



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Sam 19 Déc - 2:03

Sveinn avait remarquer le départ teinté de frustration de l'Homme vert avec un léger retard tant ses effusions de chaleur humaine avec les femmes l'avaient occupé sur le moment. Ses paroles, une fois de plus charger de colère et de frustration semblaient être le reflet digne d'une dignité offensé. Mais le Scandinave n'en avait cure, si cet homme ne pouvait comprendre que menacer ces compagnons d'infortune était mal alors Ketilsson ne pouvait rien pour lui.
 
Après avoir lâcher momentanément la femelle guerrière pour se tourner brièvement vers le soldat vert, il avait perçu la détermination enfantine de l’humanoïde à détruire seul leur ennemi commun, ce qui bien sûr semblait folie pure à ce viking monolithique. Entre temps, la lapine s'était faufilé d'entre ses bras pour saluer vivement le soldat sans honneur qui était sur son départ.

La montagne avait songer, de mettre en garde l'homme des feuillus contre les périls qu'il l'attendaient, mais ses paroles pour une énigmatique raison semblaient n'avoir de sens pour personne si ce n'était Sol. Aussi, s'était-il abstenu de tout commentaire supplémentaire.

Les révélations subséquentes de la lapine avaient été le bienvenue pour le guerrier, qui sans l'avoir demander aurait bien aimer pouvoir commencer à s'informer de son ennemi. Mieux connaître le rempart que formait le nécromancien entre lui et son honneur perdu. Juste avant la grande révélation, la petite bête s'était arrêté de s'exprimer, comme pour ménager son effet pour finalement, leur livré un nom qui, ne faisait aucun sens pour Sveinn!

Décidément, avait-il songé, je devrais faire plus confiance à mes compagnons et peut-être cesser de rire, j'ai surement manquer quelque chose d'important quelque part.

Le cours de ses pensées  avait été interrompu, par des imprécations et divers commentaires, comme toujours si originaux et surprenant de la génitrice à la langue de vipère. Bien qu'elle avait fait grand cas et pas dans le bon sens de cette étreinte, Sveinn l'avait sentie déçue tout à la fois après qu'il eu cesser de la serrer et avant qu'il ne la touche. Ses commentaires multiples et divers avaient été sans équivoque! Malgré, le sujet récurrent de l'aversion quasi phobique de cette femme pour la boue, qu'elle se plaisait à penser comme de la merde, il avait déceler un élément dérangeant dans ses propos.

Le Scandinave ne parlait bien sûr pas du moment où elle avait précédemment parlerde la merde, qui était boue et sueur. Mais bien, de ce moment où déçue, elle avait sembler sous-entendre qu'elle aurait aimer qu'il la serre plus fort pour la faire souffrir. Décidément, plus le temps passait plus Sveinn considérait cette guerrière comme intriguante et, même attirante!

Toutefois, elle avait raison sur ce point évident, il ne sentait pas très bon et l'odeur pouvait très bien se confondre avec celle de la merde, avait-il songer en fronçant le nez après s'être attardé sur ce détail. Il faudrait éventuellement, qu'il prenne un bain et l'interroge sur ce commentaire étrange qui avait attaquer en un sens sa virilité.

S'en était suivi ensuite, une envolée verbale de la part de la femme guerrière en direction de l'elfe au sujet d'occidentaux, de terroristes, de bombes et aussi où il avait deviner que par des sobriquets elle désignait l'ensemble de la troupe. Puis, elle suggérait au travers de ce charabia étrange, que l'on devait se séparer pour mieux vaincre. Mais, Sveinn n'était pas d’accord, aussi en fronçant les sourcils il allait dire que diviser pour mieux régner était une stratégie enfantine à laquelle le groupe ne devait pas céder autrement, personne ne rentrerait vivant.

Mais, cette fois-ci, la véhémence de la femme serpent et la surdité volontaire du monte en l'air elfique, conjugué aux déblatérations incompréhensible de la lapine lui firent garder la bouche close. Après tout, que pouvait-il faire si les membres du groupe partait sans un regard derrière? Ils étaient libre de leur choix et de leur mouvements, même si Sveinn n'en comprenait ni l'utilité, ni l'intérêt. Il lui resterait toujours le valeureux et sage Sol, et bien sûr, une lapine frêle aux papillons ravageurs. Les autres finiraient par revenir une fois que leur erreur deviendrait évidente.

Même la haine de la bête ailé et le désir à peine camouflé de mourir de la part de la génitrice semblaient être le fruit d'une exaspération grandissante dont les fondements semblaient ancré avec la présence de l'elfe dans le groupe et tout cela semblait peser bien peu dans la balance de leur mission, pour Sveinn.

Même Sol tout du long de ces éclats avait apparus dépassé par le manque de jugement des uns et des autres. Ketilsson conscient d'avoir vu ce premier la patte sur son museau l'air accablé, pour ensuite l'avoir vaguement entendu tenter de rétablir un semblant de cohérence au sein du groupe, savait d’ambler qu'il faudrait cesser de parler éventuellement et considérer une intervention d'un autre ordre.

La demande de la bête avait été entendu et Sveinn avait répondu promptement:

-Je peux bien sûr Ô ami, tenter de le raisonner, mais est-il bien sage de le ramener physiquement? Dans le processus, il se débattra peut-être et il est des moments où je me demande si justement ils n'ont pas besoin de voir par eux-même, ce que ce monde à offrir pour ensuite ressentir le besoin de nous revenir?

Et d'ailleurs nous séparer n'est guère sage, j'ai le pressentiment que ce mauvais homme sait que nous sommes ici et comme la si bien dit la lapine, ces derniers semblaient trop hargneux pour être de simple bêtes. Si cet infâme monstre veux nous séparer, diviser plus avant nos forces c'est lui rendre la tâche plus facile.

Son attitude avait changer d'un masque d'incompréhension pour celui vigilant et concentré du chef de guerre. Un regard de stratège qui naturellement, était venu se poser sur la lapine que Sol tentait de convaincre de ramener Sanaa la femme vipère. Sveinn l'avait regardé quelques secondes songeur pour ensuite suggérer autre chose.

- Femme, les chamans de ma contré natale pouvaient souvent lire les présages et trouver des gens n'y aurait t'il pas manière de traquer un des nôtre pendant que tout trois nos pourchasserons l'elfe inconscient? Est-tu capable d'un tel prodige? Ainsi, nous pourrions éviter de diviser davantage nos forces. Cette solution me semble bien plus sage et sensé et nous rendra plus efficace. D'ailleurs, ramener le petit homme frêle, me semble très important il est vulnérable bien davantage que notre autre comparse. Je n'ai jamais laissé personne derrière mais de notre sécurité dépend peut-être la vie de nos autres compagnons d'armes.

Sveinn Ketilsson avait conclut son discours l'air sombre. Ses amples gesticulations avaient traduit l'urgence de leur situation. D'autant avait-il songer qu'ils étaient en terrain exposé tout près du lieu de la fournaise, qui ne tarderait pas a attiré leur ennemis comme mouche sur le miel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Stuart



Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Mer 20 Avr - 20:05

Selon mes calcules, selon la proportion que représentait les loups et la grosseur des arbres. En ajoutant ma non-connaissance des lieux, j'ai pour environs deux jours et demi de survis avant de crever de : La nausée, Empoisonnement, être dévoré par la faune local, le froid et peut-être même par Saana si elle me retrouve seul à seul.

M'enfin bref, deux jours et demi sera peut-être assez pour casser ce nécromancien en deux. Je dois trouver le plus grand des arbres et y grimper, si hostilité trouvé, je dois utiliser mes balles en dernier recours et plutôt opter sur les armes réutilisable.

Je me lance alors, les matériaux sont plutôt facile à trouver et même que dans cet environnement comme celui-ci, ils sont de qualité. Un arc, un fourreau, des flèches, une lance et des couteaux fait de pierre coupante dont je ne connais pas le nom.

La marche se montre comme étant une TRÈS LONGUE marche, désagréable, humide et stressant. La noirceur prend place de plus en plus pour donner vie à la nuit. Je tombe enfin sur un tronc d'arbre plutôt énorme, encore plus que les autres. Je viens donc sortir une cordes militaire de mon sac des plus solide et viens la lancer sur la plus basse des branches. Je ne vous dirai pas combien de fois j'ai raté mon lancé, je ferais mal a mon orgueil.

L'escalade fut rapide, en ayant les bonnes techniques, ça aide. Dans ma tête, l'impression d'être retourner à l'époque des iroquois m'inspirait. La vue se dégageais de plus en plus au travers des feuilles, démontrant un ciel inondé de nuage noir au luminosité rouge.

- Nom de dieu, mais qu'est-ce qui se passe ici.

Il semblait y avoir de l'action, beaucoup d'action même, mais à plusieurs kilomètres de distance de ma localisation actuel. Bien évidement, c'est fort probable que le nécromancien soit coupable de ce problème cataclysmique, du coup, je crois que de m'y approcher serait une bonne idée pour le retrouver, mais serait-il sage de s'y aventurer seul?

Je regarde mon arc et mon arme d'assaut en mode réflexion, je suis bien lancé pour ce qui est de l'exploration, mais une fois au front, je n'y survivrai pas seul, c'est certain. Je n'arrive pas à les endurer et je sous-estimer, donc après mûr réflexion... travailler avec eux à distance pourrait être une bonne idée.

Saana connait les codes militaires, du coup, je crois bien pouvoir contacter le groupe grâce à elle, mais... j'ai peur de faire confiance en cette personne. Il fait noir de plus en plus, la distance que j'ai pris avec les autres est plutôt conséquente présentement et ma vitesse de déplacement est, je pense, plus élevé que la leur.

- Et puis merde... On se lance.

Je lève mon bras en l'air et viens appuyer sur la gâchette, de quoi? D'un fusil à fusée éclairante verte. Si Sanaa a une bonne mémoire, elle va savoir que ce signalement n'est rien d'autre qu'un feu vert de la part des éclaireurs. Je vais les guider vers l'objectif, faut bien que j'utilise mes points forts. Aller, je dois descendre, la suite de cette exploration m'attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bureau blanc ; Première mission   Aujourd'hui à 1:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bureau blanc ; Première mission
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Première mission [Privé Link + Doubhée + Ace.]
» Avoir des points Pokke facilement dans la première mission .
» Discrétion et Observation : Première mission de Bluck
» Destiny Alpha Le repaire des Diables + Destiny Alpha - Première mission en coop
» Une première mission pour faire monter l'adrénaline. [Bas fond] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Multi RP :: Le Multivers :: Science-Fiction :: RPs semi-libres-
Sauter vers: